150 ans de jeunesse

Partager ceci :

Canada on stones

J’étais à l’autre bout du monde, dans un désert chaud et aride. On entendait l’ennemi se faire bombarder. On entendait des tirs, ici et là. Ça ressemblait à une autre planète.

On me demandait souvent de quel pays je venais… «du Canada», que je répondais.

Aussitôt, chaque fois, des sourires apparaissaient sur les visages. Ces gens avaient beau vivre à plusieurs continents de chez moi, d’une manière ou d’une autre, ils avaient entendu parler du Canada, et en avaient une bonne opinion. Ce n’est pas rien!

Ces habitants venaient parfois de petits villages isolés, d’endroits où il n’y avait même pas internet, où il faut aller dans l’autre village pour aller voir ses courriels. Ces gens n’avaient parfois même pas visité leur propre capitale. Mais d’une manière ou d’une autre, l’idée que le Canada est un bon pays s’était rendue jusqu’à eux, dans leur village au cœur des montagnes ou du désert. Et quand ces gens me rencontraient, j’étais parfois le premier Canadien qu’ils voyaient.

Et ce petit drapeau blanc et rouge, ces gens le reconnaissaient. Ce n’était pas le drapeau de leur pays. Malgré cela, ils le respectaient.

Certaines de ces personnes ne pouvaient même pas pointer le Canada sur une carte. Mais ce n’est pas grave. Pour eux, le Canada est ce pays lointain, couvert de forêts inexplorées et encore dans le même état qu’il y a des millions d’années… de collines et de montagnes qui se perdent jusqu’à l’horizon… de territoires grands comme des pays, mais n’ayant aucun propriétaire… d’animaux n’ayant jamais vu d’humains, de rivières grandes comme des fleuves, de lacs dont on ne voit même pas l’autre rive. Je leur disais même : «au Canada, il y a tellement de lacs, que chaque famille pourrait en avoir un».

Ces gens vivaient dans des pays en guerre. Des pays où les gens sont prêts à tout vendre pour fuir et avoir une toute petite chance, peut-être, de vivre au Canada. Qu’on soit d’accord ou non avec les politiques d’immigration, les gens veulent vivre ici, au Canada! Ce n’est pas rien!

Le Canada : le pays où tous voudraient vivre. C’est ainsi que je décrirais mon pays.

Il n’y a pas beaucoup de pays qui peuvent dire cela. Il y a quand même de quoi être fier.

150 ans de jeunesse. Bonne fête Canada.

FV
W

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *