Le problème des munitions

PLH-20150810-185812-730
Quelqu’un m’a posé cette question sur le combat de volontaire : puisqu’il y a plusieurs types d’armes utilisées, est-ce que c’était un problème de trouver la bonne munition pour le type d’arme?

La réponse : c’était en effet parfois un problème. Contrairement à un soldat régulier, le combattant volontaire n’a pas la logistique d’une armée moderne derrière lui. De simples choses comme des munitions deviennent alors un souci quotidien.

Je me souviens que la veille d’une bataille, il ne me restait plus qu’un chargeur et demi! Des Kurdes, qui restaient sur le camp, m’ont alors donné de leurs munitions. Malgré tout, un de mes chargeurs était en partie vide. Je me suis assuré de placer ce chargeur de manière à l’utiliser en dernier, durant les combats. À la fin de cette bataille, il me restait en effet bien peu de cartouches, ce qui m’a forcé à moins produire de tir de suppression.

Un autre problème était que certains calibres étaient abondants, et d’autres plus rares. Ainsi, à certains moments, les cartouches de 5,56 mm (utilisées par les armes de type M-16 ou la G36) étaient plus difficiles à trouver. C’était le même problème pour les munitions de la Dragunov (une arme de portée intermédiaire). Au contraire, les munitions 7.62 X 39 (pour les Ak-47) étaient plus faciles à trouver. Cependant, leur qualité était parfois moindre.

Le combattant volontaire doit donc souvent faire des choix stratégiques quant à son arme. Doit-il prendre une arme de qualité avec des munitions de qualité, mais qui sont rares? Ou doit-il prendre une Ak-47 non zérotée, en mauvais état, tout en ayant accès à une bonne quantité de munitions? Combien de cartouches peuvent être sacrifiées pour le zérotage? Combien de cartouches restera-t-il pour les vraies opérations? Est-ce que ces munitions risquent de causer des enrayages? Quel est leur niveau de précision? Quel est le but recherché? La précision? Le tir de suppression?

Ce sont là des questions qu’un bon combattant volontaire doit se poser.

Les amateurs parlent de tactique. Les professionnels parlent de logistique.

Ce texte fait partie d’une série qu’il vous est possible de lire ici : http://torchsword.org/fr/category/combattant_volontaire/

FV
W

2 thoughts on “Le problème des munitions

  1. Je me suis prise de grande affection pour la cause kurde, non par mode, mais beaucoup plus égoïstement parce qu’ils sont les précurseurs de ce qui se profile pour nous, à l’horizon. J’ai dévoré les livres et reportages sur les amazones kurdes, en particulier. Normal, je suis une femme, et, comme je comprends qu’elles préfèrent mourir lorsqu’elles constatent qu’elles vont tomber entre les mains des bourreaux barbus… Ce n’est pas un discours de pseudo romantisme de films de guerre que je vous tiens, car j’ai été militaire et je sais qu’il n’y a absolument rien de bon dans une guerre : les blessures, les cris, la souffrance, la perte des amis, le stress permanent… seul point positif selon moi : on va à l’essentiel, et le superflu disparait au profit du nécessaire. Bref, je vous écris car je voudrais apporter ma maigre contribution à des gens, aux combattantes surtout, qui sont aussi notre rempart. Sachant qu’elles manquent de tout, comment leur faire parvenir des objets qui, pour nous, sont si faciles à obtenir et qui améliorerait leur quotidien ? Je lance une bouteille à la mer. Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *