Nouvelle fraîche — des manifestants occupent le parlement irakien

storming iraqL’État d’urgence est déclaré à Bagdad, la capitale de l’Irak. Des centaines de manifestants se seraient emparés du parlement. Des photos circulent actuellement sur le web. Selon moi, c’est une bonne nouvelle pour le Kurdistan, qui officiellement fait partie de ce pays inventé par le vieux colonialisme, et qui aujourd’hui porte le nom d’ « Irak » sur la carte du monde.

Quand j’étais au Kurdistan, on parlait de la situation au sud, en Irak. On se disait que ce ne serait peut-être pas une mauvaise chose que l’État islamique prenne Bagdad. Après quelques mois d’occupation, ou même des années, les gens réaliseraient enfin que s’entretuer au nom de la religion, ce n’est peut-être pas la définition du progrès.

Plus l’Irak sera affaibli, plus le Kurdistan prendra en force. Il n’est peut-être pas loin le jour où les Kurdes s’assiéront fièrement aux Nations Unies, et qu’ils regarderont les « puissances » comme l’Europe, le Canada ou les États-Unis, tout en pensant: malgré tout votre arsenal, ce sont nos troupes mal équipées, et nos recrues entraînées avec quelques chargeurs, qui ont le plus défendu la liberté, quand ça valait la peine.

Car contrairement à l’Irak, qui est une invention géopolitique, le Kurdistan est un vrai pays, un vrai peuple. Et ce peuple n’a pas besoin de la permission des autres pour savoir qu’il existe.

FV
W

Guerre Fillion – Taillefer – prouvons que nous sommes humains

debut_article2Tout le monde en a parlé. Le fameux tweet de Jeff Fillion adressé à Alexandre Taillefer. Rappelons que ce dernier a vécu un terrible événement, pour ceux qui ne sont pas au courant: son fils s’est suicidé, un peu avant Noël. Cet homme habitué au succès a ainsi vécu ce qui est peut-être le pire des échecs: la mort volontaire de son descendant, de son fils et futur ami. Sur son lit de mort, on a demandé à Bismarck, un politicien allemand du XIXe siècle, sa plus grande satisfaction. Il a répondu quelque chose du genre : « ne pas avoir vécu la mort de mes fils ».

Taillefer a remis en question la responsabilité d’Amazon, qui aurait pu être au courant de la détresse de son fils. Jeff Fillion a trouvé cela ridicule. « C’est la faute à Amazon… » Il n’en fallait pas plus pour que la chasse à la sorcière commence, surtout quand nous apprenions que Jeff Fillion refusait de s’excuser. Même moi, je trouvais ça déplacé.

Nous apprenons aujourd’hui que Jeff Fillion avait envoyé une lettre d’excuses à Alexandre Taillefer. Or, cette lettre a été cachée au public, jusqu’à aujourd’hui. Les entrevues et déclarations de Taillefer se sont malgré tout enchaînées, ce qui a entraîné le congédiement de Jeff Fillion. Voici quelques extraits de la lettre d’excuses, envoyée peu de temps après le début des hostilités :

« Je tiens à m’excuser sur le champ pour mon tweet maladroit de dimanche soir… La journée de la tragédie, j’ai parlé amplement de comment vous deviez vous sentir. Je suis un père d’ados, JAMAIS je pourrais écrire les choses qui me sont reprochées. Ce tweet a été mal écrit, donc mal interprété. Ma faute!…Je tiens à m’excuser une deuxième fois pour cette confusion. Je vous souhaite le bonheur et la sérénité. De la part de ma famille et de moi même. Jeff Fillion. »

Moi je dis ceci : Alexandre, Jeff : pardonnez-vous. Personne n’est parfait. Alexandre est un humain au coeur déchiré, et nous le comprenons entièrement. Il ne voit plus aussi clairement, et sincèrement, n’importe qui dans sa situation en ferait autant. Jeff est un humain qui vit par la controverse, car des controverses et des idioties, il y en a beaucoup. Personne, ni même Jeff, ne souhaite le suicide d’un fils. Jeff et Alexandre sont deux papas, deux humains qui à mon sens, ont du succès. Je le redis : que tous se pardonnent mutuellement. Arrêtons les combats. Serrons-nous la main et apprenons de cette histoire.

Guerre-entre-Jeff-Fillion-et-Alexandre-Taillefer---soyons-humainsNous n’arrêtons pas de blâmer les fanatiques islamiques pour leur intolérance. Nous nous disons chrétiens, du moins d’origine chrétienne, sinon tolérants et humains. Eh bien, voici une belle façon de prouver que nous sommes un vrai peuple humain, qui sait oublier ses querelles : que les deux parties écoutent leur coeur, et qu’ils se pardonnent. Que Jeff retrouve son micro, et qu’Alexandre puisse vivre son terrible deuil. Nous les voulons les deux dans notre société! Une société qui ne sait plus pardonner est une société condamnée à s’autodétruire.

Taillefer remettait en cause la responsabilité sociale des grandes entreprises (comme Amazon). Jeff Fillion remettait en question le fait de rejeter le blâme sur une entreprise qui pourrait être au courant de la détresse d’un utilisateur. Des deux côtés, le débat est légitime. Les mots sont peut-être maladroits, mais le débat de fond est à mon sens valable.

Nous n’arrêtons pas de parler des chicanes entre les radios de Québec et les médias de Montréal. Pouvons-nous arrêter de nous chamailler sur un cadavre encore chaud? Donnons tous une tape dans le dos à Alexandre Taillefer (en pensée ou en prières), et tendons la main du pardon à Jeff Fillion. Que celui qui est parfait lance la première pierre. Ce ne sera pas moi le premier, ni même le deuxième.

Je vais même plus loin: pardonnons tous au papa au coeur détruit, qui n’a pas dévoilé la lettre d’excuses. Et pardonnons la maladresse passagère de Jeff Fillion. On tire un trait. Aimons-nous les uns les autres. Gardons la guerre pour nous défendre contre les fanatiques.

FV
W

L’enfer avant l’enfer – la petite histoire de poulets rôtis de l’État islamique

debut_article2L’été approche tranquillement. C’est le temps pour une petite histoire de guerre remplie de chaleur humaine.

C’était après une offensive contre l’État islamique. Nous les avions encerclés. Ils se sont alors mis à tirer sur les vagues d’assaut qui suivaient. Il y a eu quelques pertes.

Pour faire sortir les combattants de l’EI de leurs repères, les Kurdes ont alors mis le feu aux bâtiments. J’ai moi-même vu les Kurdes au travail : ils commençaient par ramasser un tas de branches mortes destinées aux feux de cuisson. Ils cassaient ensuite les fenêtres des maisons (du moins celles qui étaient encore intactes). Les faisceaux de branches étaient ensuite allumés et lancés parfois par dizaines dans les bâtiments. Quelques gallons d’essence finissaient le travail. Après quelques minutes, les flammes léchaient le contour des bâtiments incendiés. Jugeant l’éclairage bon, nous avons alors fait une petite session de photos. Il faisait tellement chaud! Et la fumée! Étouffante!

L’ennemi n’a alPLH-20150911-111624-630ors eu d’autres choix que de sortir de ce qui devenait un enfer avant l’enfer. On entendait des coups de feu dans la ville. Au début, je croyais que c’était des tirs aléatoires. Ce n’est qu’après qu’on m’a informé que c’était l’ennemi qui se faisait abattre comme des poulets sortant d’un fourneau.

Mauvaise journée pour ces fanatiques. On voyait leurs corps traîner sur le bord des routes. Les Kurdes donnaient des coups de pied aux cadavres et se prenaient en photo, tout en prenant soin de se « taguer » sur les médias sociaux. Ça me faisait penser à ces SS de la Seconde Guerre mondiale, qui se faisaient exécuter dans des granges par des résistants français, à mesure que les Alliés avançaient en Allemagne.

PLH-20150911-111426-320Tsé, quand tu fais chier un peuple, il se pourrait que tu finisses comme un poulet rôti sur le bord de la route. Just Saying. C’était un délice de voir des chiens, jugés impurs par ces islamiques, se dandiner en toute liberté près des prisonniers (traduction : des poulets qui ne voulaient pas rôtir).

Mauvaise journée pour ces poulets. Comme le dit une chanson du Québec : « J’aurais dû bien dû donc dû… »

Ils auraient donc dû…

PS 1: J’ai l’impression que je ne pourrai pas mettre le logo de La Rôtisserie Saint-Hubert sur la photo, dans la version officielle de mon documentaire : www.ParmiLesHeros.com.

PS 2 : L’EI et les musulmans en général, font souvent le signe « un » avec leur doigt, ce qui signifie « Il n’y a qu’un seul Dieu. »

FV
W

PLH-20150911-111450-680

ANNONCE – nouveau contributeur à La Torche et l’Épée

debut_article2C’est avec joie que je vous annonce qu’un contributeur s’ajoute à La Torche et l’Épée. Il s’agit d’un journaliste d’expérience. Il publiera des capsules d’information reliées à la guerre contre l’État islamique. Les capsules seront surtout petites et concises, et iront droit au but.

Comme j’ai déjà entendu : « donnez un masque à une personne, et elle vous dira la vérité. » Le contributeur écrira donc sous le nom de Vercors, comme le résistant français de la Seconde Guerre mondiale. Cet anonymat permettra à Vercors de ne pas subir de pression pour adopter telle ou telle opinion. D’ailleurs, beaucoup de journalistes sont insatisfaits de la situation dans le monde des médias. La grogne monte, et les journalistes se font de plus en plus critiques face à « l’establishment médiatique ». Je compte donc offrir une tribune d’un nouveau genre.

Nouveau-contributeur---vercors!J’ai donné ma permission à Vercors pour afficher clairement des opinions tranchées. Par contre, ces opinions devront être appuyées sur des arguments. Je crois qu’un journaliste a le droit à une opinion, si cette opinion est clairement manifestée et appuyée.

Quand j’ai créé La Torche et l’Épée, mon but était de regrouper des gens se ressemblant. Je ne voulais pas faire de cette page un blogue purement personnel. Mon désir est de faire de La Torche et l’Épée un réseau humain de qualité. Je veux que ce réseau soit utile, qu’il serve à des projets concrets, par exemple le combat contre les fanatiques islamiques.

Vercors, bienvenu!

FV
W

 

Registre des armes imposé – ma prédiction

debut_article2Je fais une prédiction si le gouvernement du Québec va de l’avant avec le Registre et ignore (encore une fois) la volonté du peuple. Je prédis que les détenteurs d’armes ne vont pas enregistrer toutes leurs armes. Autre résultat : il y aura de plus en plus de « vols » d’armes dans les domiciles. Lire : certains citoyens honnêtes ordinaires, qui n’ont plus confiance dans le système dans son ensemble, vont simuler un vol et ensuite cacher les armes (oui oui! Comme le font les insurgés dans les pays occupés). Vous avez bien lu : des citoyens ordinaires deviendront criminels aux yeux de leur gouvernement (et en connaissance de cause).

« Oh, mais, ils sont donc bien méchants, ces propriétaires. Ils ne veulent même pas immatriculer leurs armes. C’est ridicule. C’est juste un enregistrement. »

Ce que les propriétaires d’armes et les gens en général commencent à comprendre, c’est qu’une fois que tu mets le doigt dans l’engrenage bureaucratique gouvernemental, la machine étatique t’aspire graduellement. Le petit enregistrement, ce n’est que l’hameçon. Derrière, il y a la ligne et la canne à pêche. Et vlammm! Le poisson se retrouve dans la chaloupe. Le bon monsieur qui a religieusement enregistré ses armes, risque de se les faire taxer ou même confisquer quelques élections plus tard, quand de nouvelles règles seront imposées par des groupes de pression minoritaires.

Tu fais la gaffe d’enregistrer ton arme, année après année, le prix de l’enregistrement et des permis d’armes vont augmenter (plus de taxes cachées). Année après année, suite aux pressions de groupes minoritaires subventionnés, certaines armes deviendront illégales. Les propriétaires qui ont immatriculé leurs armes devront les retourner, ou être emprisonnés.

« C’est arrivé dans le passé, et plusieurs fois, pourquoi ça n’arriverait pas encore?” se dit le citoyen ordinaire.

Le-régistre-predictionTout ceci n’est pas seulement vrai pour les armes, c’est vrai pour tout : les permis de moto, les permis d’alcool, les permis de ceci, de cela.

Un peu partout dans le monde, les gens ne font plus confiance dans leurs gouvernements. Les citoyens savent que les privilégiés sont corrompus. Ils savent que les dés sont pipés, tout comme les lois. Ils savent que le système de justice est inefficace, coûteux ou qu’il est modifié à volonté par des lobbys dont l’argent compte plus que les votes du peuple. Les citoyens sont en train de se dire : « je paie l’État, je donne une grosse partie de mon salaire à l’État, et je reçois quoi en échange? »

Les gens n’ont plus confiance dans l’ensemble du système. Et non, le gouvernement n’a pas le droit de s’imposer, simplement parce que c’est le gouvernement. C’est à lui, au gouvernement, de PROUVER qu’il est à notre service. Ce n’est pas au citoyen et à la majorité de s’obliger à suivre des lois non démocratiques.

Voici la froide vérité sur comment les gens perçoivent leur gouvernement : « J’aimerais que l’État ne me donne rien, qu’il ne me prenne rien. Nous nous arrangerons tout seuls. »

Avec le contrôle des armes à feu, ça va encore plus loin. Une partie des gens s’arment, non pas pour aller chasser ou tirer sur des cibles, mais pour se défendre en cas de catastrophe ou de troubles sociaux (le droit à la légitime défense fait même partie des droits fondamentaux). Certains disent même que le peuple doit s’armer pour contrebalancer les pouvoirs étatiques, qui éventuellement n’hésiteront pas à employer la force pour imposer ce que de plus en plus de gens considèrent comme une parodie de démocratie.

Oui, messieurs et mesdames les politiciens : de plus en plus de citoyens ne vous font plus confiance, au point que de plus en plus d’entre eux sont en train de s’armer comme des insurgés. Même si vous êtes « bien gentils », une fois dans le parti au pouvoir, les gens savent que vous devez voter selon la ligne de parti, au besoin contre les citoyens qui vous ont élus. C’est exagéré comme perception? Peut-être? Mais c’est une perception qui prend de l’ampleur. Aux États-Unis, c’est même la manière de penser normale d’une grande partie des gens. Quiconque suit la situation sociale et politique aux États-Unis sait que des villages entiers sont prêts à se soulever.

« J’ai hâte de voir ces salauds pendus aux lampadaires. Ça va être drôle de les voir dans leur bunker, on va les faire brûler avec de l’essence. »

Eh oui! Surprise! C’est comme ça que de plus en plus de gens parlent en dehors des zones politiquement correctes, et ils ne s’en cachent même plus. Ils s’en foutent du contrôle électronique, de la surveillance de la NSA, des plaintes à la police. Ils écrivent ces choses comme ça, sur le web, et se contrefoutent des conséquences. Les gens sont rendus là. It’s not gonna be pretty. Les révolutions ont leur lot de victimes innocentes.

Les gens ne sont pas « anarchistes » parce qu’ils ne veulent pas enregistrer leurs armes. Être anarchiste, c’est ne pas vouloir d’État. Les gens veulent un État. Ils veulent juste un État qui fonctionne, qui ne les taxe pas hypocritement, qui de les écrase pas sous des impôts qu’eux seuls devront payer, qui leur demande leur avis plus qu’une fois aux quatre ans, et plus qu’entre deux ou trois packages rigides (programmes des partis).

La population n’est pas stupide : elle réalise seulement les choses en retard. La population sait que l’histoire a tendance à se répéter, et que les États veulent toujours plus de pouvoir. Que ces États adoptent le nom de « démocratie » ne change rien au fond. La « démocratie » n’est qu’un mot, une pancarte à l’entrée du cimetière.

FV
W

Le vrai Big Brother de notre époque, nous le connaissons

debut_article2Tout le monde parle de « Big Brother », de la surveillance de masse par les gouvernements et la Défense. Cette surveillance, ce n’est rien!

Le vrai surveillant n’est pas le gouvernement. Le vrai surveillant de notre époque, c’est cet ami qui est aussi notre patron, et qui veut se faire une idée de votre personnalité, afin de décider si oui ou non vous serez promu.

Le vrai surveillant, c’est cette compagnie d’assurance qui veut voir si vous êtes heureux, ou si vous êtes vraiment en dépression comme vous le dites. Rappelez-vous qu’une personne a déjà perdu ses paiements d’assurance pour avoir publié une image de profil où elle souriait dans un bar (à tort ou à raison, l’assureur a déterminé que le prestataire n’était plus en dépression).

Le vrai surveillant, c’est cet « ami » qui est en fait un traître ayant « scanné » et enregistré vos publications passées, dans le but de possiblement s’en servir contre vous (par exemple si vous décidez de vous présenter en politique). Ce même ami qui veut vous censurer et faire fermer votre compte Facebook, parce qu’il n’aime pas ce que vous dites.

Le vrai surveillant, c’est cette agence de publicité qui veut connaître ce que vous aimez et n’aimez pas, et qui, à l’aide d’algorithme, compile les données publiques de milliers de profils. Saviez-vous que certains algorithmes font varier les prix en ligne, en fonction de nos habitudes d’achat? Les acheteurs compulsifs risquent de payer plus cher, sans le savoir.

Le vrai surveillant, c’est votre client faisant partie de votre liste « d’amis », qui n’aime pas vos idées politiques, et qui décide de ne plus utiliser vos services.

le-vrai-Big-Brother,-vous-le-connaissezLe vrai surveillant, c’est ce contrôleur fiscal qui va voir la marque de votre voiture sur votre profil, afin de voir si votre train de vie coïncide avec vos déclarations de revenus.

Le vrai surveillant, c’est cette connaissance « Facebook » que vous ne voyez jamais, qui prend de la drogue et qui attend de voir vos prochaines photos de vacances pour aller vous voler.

Les vrais surveillants ne sont pas tous dans de lointaines tours remplis de serveurs. Nous nous surveillons entre nous. Toute personne imparfaite ou louche sera condamnée!

Ne vous en faites pas. Personne n’aura à nous censurer de force. Nous le ferons nous-mêmes. Nous le faisons déjà. Ce n’est que le début.

FV
W

Festival de documentaires VSM – premières réactions lors d’une présentation d’extraits de mon combat contre l’EI

OLI_9930« En six ans de festival, c’est la première fois que je vois les gens réagir comme ça. »

« C’est non seulement divertissant, mais c’est aussi le meilleur cours de science politique que j’ai eu (en parlant aussi de la séance de questions et réponses qui a suivi). »

Ce sont là quelques exemples de commentaires chaleureux reçus par le public de Gaspé, lors du Festival du documentaire Vues sur mer, où je présentais quelques extraits du documentaire Parmi les héros.

Oh! que ça faisait du bien de voir des gens qui faisaient autre chose que regarder leur téléphone portable. Des gens qui se rassemblent dans une ambiance communautaire, pour regarder des documentaires touchant le monde entier.

C’était un plaisir et un honneur que de voir mes extraits jouer parmi des films vus sur plusieurs continents. Et l’accueil chaleureux des Gaspésiens n’était pas sans rappeler l’hospitalité kurde. Et le crabe… que dire?… j’en ai rapporté une glacière pleine!

Pour ceux qui ont contribué et qui m’ont aidé, je vous réserve le meilleur! Si vous saviez le petit plan diabolique auquel j’ai pensé sur le chemin du retour, en regardant les magnifiques paysages de l’estuaire du Saint-Laurent!
FV
W

Gaspé, me voici!

Eh oui! Je serai au Festival de documentaire Vues sur mer, demain, vendredi, à Gaspé. J’y montrerai quelques extraits de mon documentaire qui s’en vient. Encore une fois, je mets au défi un terroriste de l’État islamique de venir s’essayer au sabre laser. Le mien est vert. Facile à reconnaître. Au sommet du Rocher Percé, ça ferait beau.

https://vuessurmer.com/parmi-les-heros-un-documentaire/

W

Registre des armes à feu du Québec — la suite — l’avis politiquement censuré de ceux qu’on devrait consulter : nos policiers

debut_article2Il y a quelque chose que les anti-armes radicaux ne comprennent pas (ou plutôt qu’ils comprennent sans l’avouer)… On entend souvent l’argument: « Pourquoi être contre payer ton petit 30 dollars par année? C’est ridicule comme combat. Voyons donc! »

Ce que certains n’ont pas compris, c’est qu’il ne s’agit ici pas seulement du registre. Le registre n’est qu’une petite étape parmi des dizaines qui seront imposées par les groupes de pression radicaux anti-armes. Ces étapes, ce sont des cours supplémentaires à n’en plus finir, des enregistrements supplémentaires, des coûts ajoutés, des permis de ceci, des permis de cela… Le but de ces mesures est d’hypocritement et progressivement criminaliser les honnêtes détenteurs d’armes. Pour les chasseurs, c’est comme repousser graduellement le chevreuil dans le coin d’un bois entouré de montagnes cachées par les arbres. Le chevreuil ne voit pas l’étau se resserrer. Il le sent. Le chasseur, lui, sait que le chevreuil sera bientôt dans un cul-de-sac où il sera facile de l’abattre.

Et bien cette tactique de chasseur est employée par les anti-armes radicaux, et par le fisc qui y voit une opportunité de taxer davantage. Car ça ne s’arrêtera pas au registre. Au prochain accident d’arme à feu, il y aura une autre loi spéciale, avec une série de permis et de cours obligatoires ($$$$$$ + nombreux votes de la gauche radicale).

Les groupes contre le registre ne sont en fait pas contre le registre seulement: ils sont contre la criminalisation progressive et hypocrite des détenteurs d’armes. Il est là le vrai combat. Le registre est une bataille. Mais la guerre va bien au-delà d’un simple registre inutile.

Je ne suis pas pro armes. Je suis pro droits! Pro droit à la défense personnelle. Pro droit à la manière la plus humaine de manger la viande d’une bête: la chasser dans son habitat naturel, après l’y avoir laissée vivre pendant des années (à l’opposé de la manière « plus humaine » des abattoirs chimiques).

À l’émission Tout le monde en parle, il aurait dû y avoir un troisième invité : un policier retraité qui ne se présentera pas aux prochaines élections. La discussion aurait ainsi été tenue à trois : en premier la minorité bruyante des anti-armes, en deuxième le représentant de la majorité silencieuse, et en troisième un expert (policier) qui n’est pas tenu au politiquement correct.

Justement, parlons-en de nos policiers…

Si les enseignants disent qu’il faut financer l’éducation… c’est peut-être vrai, mais c’est dans leur intérêt que ce soit vrai.

Si les syndicats disent qu’il faut bonifier les régimes de retraite, c’est peut-être vrai, mais c’est dans leur intérêt que ce soit vrai. Ça met un gros bémol aux arguments présentés. Un peu comme un avocat qui a intérêt à défendre son client, et à utiliser tous les articles de loi à sa disposition. Oui il connaît la loi, mais il a un penchant.

Le-régistre-arc-en-ciel-2L’idéal, pour avoir un éclairage juste sur un sujet donné, est donc d’avoir l’avis d’un expert qui n’a pas d’intérêts vers un côté de la vérité. Dans le cas du registre, ce sont les policiers. Après tout, c’est pour eux que les anti-armes veulent le registre. N’est-ce pas? Alors, pourquoi ne pas les consulter? Pourquoi ne pas leur demander leur avis anonyme? N’allez pas demander aux chefs de police, ils font de la politique.

Si je suis chirurgien et qu’on veut m’aider, la moindre des choses serait de me demander de quoi j’ai de besoin. Pourquoi ne pas le demander aux policiers? Ils ont même intérêt, dans un sens, à ce qu’il y ait un registre, car ce serait un outil de plus à leur disposition. Alors pourquoi sont-ils contre? Surtout: pourquoi les anti-armes radicaux ne sont-ils pas intéressés par l’expertise des gens de terrain? Je crois que nous savons déjà la réponse.

Le fait est que les policiers sont unanimement CONTRE le registre, pour plusieurs raisons. Ils aimeraient nous le dire. Mais dans notre dictature du politiquement correct, ils sont censurés et forcés au silence.

Je vous invite donc à écouter le plaidoyer calme, posé, et articulé d’un de ces policiers. Il est maintenant à la retraite, et n’a pas d’élections à gagner à Montréal, ce qui lui permet de dire ce qu’il pense.

Ce qui me frappe, c’est que ce policier, quand il dit à certains journalistes ou recherchistes de ne pas être en faveur du registre, il ne se fait plus rappeler. Drôle de hasard, vous ne trouvez pas? Comme standard d’objectivité journalistique, disons que ça ne se qualifie pas pour le podium.

Cliquez donc le lien de l’entrevue. Ça vaut la peine. Copiez-collez ce qui se passe avec le registre pour la politique en général, et vous comprendrez pas mal de choses sur le fonctionnement de notre « démocratie ».

L’entrevue : http://www.985fm.ca/audioplayer.php?mp3=129591

FV
W