Parce que nous oublions…

debut_article2Parce que nous oublions…

Parce que nous oublions qu’à une époque les fleurs étaient couvertes du sang ROUGE des soldats…

Parce que nous oublions que l’écume BLANCHE touchant les plages de Normandie poussait les cadavres de soldats venus libérer un continent qu’ils n’avaient jamais vus…

Parce que nous oublions que du ciel BLEU tombaient des boMemorial-day-2016mbes…

Parce qu’il ne faut pas oublier nos amis les Américains, qui malgré leurs défauts, ont à coeur le mot LIBERTÉ…

Parce que j’ai combattu plusieurs fois aux côtés d’Américains…

Parce que des Américains combattent l’État islamique aux côtés des Kurdes, qui forment un autre grand peuple…

Parce qu’aujourd’hui est le Memorial Day, aux États-Unis…

Parce que nous ne devons pas oublier ceux qui sont tombés pour que restent debout les couleurs du monde libre…

Nous pouvons critiquer les Américains, mais j’en connais plus d’un qui, l’arme en main. viendrait me libérer…

Je me souviens…

FV
W

Enlevez les souliers de vos âmes

debut_article2Entre les combats contre l’État islamique, nous nous faisions inviter dans les familles de nos amis kurdes. Avant d’entrer dans les maisons, nous prenions soin d’enlever nos souliers, comme le veut la coutume de ce magnifique pays. Je disais même à la blague, aux Kurdes, qu’il y a une chose plus sacrée que le Coran, au Kurdistan : les tapis!

Moi et les deux Américains avec qui j’étais, nous nous adaptions à cette belle culture. Une fois dans les maisons, nos hôtes nous traitaient comme des invités importants. Car pour un Kurde, ne pas être capable de pourvoir aux besoins de ses invités, ça paraît aussi mal que si, en Occident, quelqu’un ne pouvait pas payer son repas au restaurant, et demandait à ses amis de payer pour lui. Pour les Kurdes, le prestige et l’honneur d’une famille peuvent se résumer à la qualité de son hospitalité. Pour eux, si tu n’es pas capable de bien recevoir, tu ne vaux pas grand-chose. Même si tu as une Ferrari comme voiture, sans hospitalité, ton honneur est égal à zéro!

À chaque fois que nous entrions dans une maison, les gens se levaient pour nous souhaiter la bienvenue. Les plus jeunes préparaient des collations, et nous apportaient le thé. Sans exception, un repas nous était proposé, si le temps le permettait. Il n’était pas nécessaire de leur dire merci : nos sourires et notre satisfaction étaient suffisants pour eux.

enlever-les-souliers-de-votre-amePendant les réunions, les meilleures places du salon étaient offertes aux invités et aux plus vieux. N’importe quel Québécois, Européen, Américain, Kurde, Arabe, même pauvre, s’il est d’un certain âge, se verra attribuer une place de choix aux côtés de l’hôte. Il n’aura même pas à se lever pour prendre le thé qu’on lui apportera. Et quand il parlera, même si c’est un sans-abri, son opinion sera écoutée.

Tout ça pour dire… la morale de cette histoire : s’adapter à la culture qui nous accueille est payant. Que ce soit au Kurdistan, en Chine, au Québec, au Texas, en France, en Allemagne… n’oubliez pas d’enlever respectueusement vos souliers avant de marcher sur leurs tapis. Et s’il n’y a pas de tapis, enlever les souliers de votre âme. Car tous les peuples ont leurs « tapis sacrés ». Si le peuple qui vous accueille est digne de lui-même, vous n’aurez même pas à vous lever pour prendre le thé qu’on vous apportera, et vous aurez une place de choix dans cette société. Et si ce peuple que vous visitez vous accueille mal malgré vos efforts : honte à lui. C’est un peuple minable.

Respectez et adaptez-vous au peuple qui vous accueille, et il déroulera un tapis rouge sous vos pieds.

FV
W

Donnez un coup de coude à un politicien : c’est une tragédie. Massacrez un peuple par milliers : cela fait partie des statistiques.

debut_article2Pour paraphraser Staline : donnez un coup de coude à un politicien : c’est une tragédie. Massacrez un peuple par milliers : cela fait partie des statistiques.

Je trouve disons spécial qu’un parti politique « anti-guerre » comme le NPD s’offusque d’un coup de coude (en partie accidentel) donné par un premier ministre, alors que le même parti est contre le fait que nous allions protéger des populations se faisant massacrer par des fanatiques armés. Parce que j’ai une nouvelle pour ces politiciens aux belles idées : là-bas, les coups de coude font un tantinet plus mal.

C’est symptomatique de notre époque : nous sommes complètement déconnectés du monde réel. C’est comme au Moyen-Âge : pendant que le peuple souffre de famine, dans des palais les assemblées du clergé débattent de la nature divine du Fils de Dieu.

Eh bien, si le Fils de Dieu était parmi ce clergé de sages bien-pensants, il leur dirait : « cessez de penser à moi et au Père. Occupez-vous des tout-petits, et ce sera comme si vous vous occupiez de moi. »

La morale de l’histoire : ayons les priorités à la bonne place. C’est là ce que signifie avoir des principes et des valeurs. Pendant que le bateau se remplit d’eau, nous discutons de comment réparer le barreau de la chaise d’un officier.

FV
W

donnez-1-millions-de-coups-de-coude,-et-personne-n'en-parlera

Affaire Ward-Nantel – Les humoristes sont des fifures

debut_article2Quand les Gaulois se soulevaient, ils encerclaient une légion romaine et exterminaient jusqu’au dernier soldat. À notre époque, quand on se « soulève », on met des X sur notre photo de profil, on parle de boycotter une émission, et le soir venu, une bière en main, on écoute ladite émission. Et les plus courageux, les chefs de la tribu, ici nommés les « artistes », montent sur scène pour « appuyer le message ». On est loin d’Astérix et de la potion magique. On parle plus d’une bande d’Obélix sans force et colonnes.

Monter sur scène pour contester, comme l’ont fait les artistes-moutons (après avoir accepté leurs prix), ça aurait été courageux pour un artiste juif dans les débuts de l’Allemagne nazie. Dans le contexte de la censure au Québec, où le danger n’est pas aussi extrême, avoir un peu de courage, c’est risquer de perdre un contrat pour avoir tenu une opinion. Dans ce cas-ci, les responsables du Gala ont regardé ces artistes « de la contestation », et se sont dit, un sourire en coin : « onnnn, sont tu cute. Bon, vous avez fait votre petit show. Tout le monde vous a vus. Maintenant, continuons les choses sérieuses, les cotes d’écoute sont là. »

Sérieusement, je m’attendais à de quoi de bien plus significatif que ça. Je m’attendais à une révolution. On a eu droit à une parodie de coup d’État.

À vous, la majorité des humoristes : vous êtes des fifures, ou bien votre plan est naïf, ou bien la cause ne vous tient pas à coeur. La majorité d’entre vous n’avez même pas votre Niveau 1 de résistant. Vous auriez pu aller à une soirée parallèle et faire un « anti-gala ». Les caméras vous auraient suivies. Vous auriez pris toute l’attention médiatique, les publicités du Gala n’auraient pas eu l’effet escompté. Les autres médias comme TVA auraient eu droit de vous couvrir, ce qui aurait enlevé le monopole du diffuseur du Gala. Vous auriez même pu « censurer » Radio-Canada et lui interdire la couverture de l’anti-gala.

Les-humoristes-sont-des-fifuresEt ceux qui avaient des numéros, vous auriez pu tous appeler et vous déclarer « malades ». Vous auriez pu sceller votre pacte de résistant en buvant tellement d’alcool la veille, que vous auriez été forcés de tenir parole.

Et vous ne seriez même pas allés en prison. Et vous n’auriez pas perdu de contrats, car l’ayant tous fait, les producteurs n’auraient pas eu le choix de continuer avec vous. Ça aurait été historique.

Dire que j’avais vraiment l’espoir qu’aucun humoriste ne se présente. J’ai surestimé le troupeau de moutons en quête de blé doré.

À tous ceux qui ont vraiment boycotté et qui n’ont pas regardé le Gala, mes félicitations. Vous êtes le début de la solution. Vous avez fait mal là où ça fait vraiment mal : au portefeuille. C’est comme ça qu’on RÉSISTE : en étouffant l’ennemi, en détruisant son argent, en faisant en sorte que son chiffre d’affaires s’effondre, en faisant que les commanditaires nerveux se mettent à appeler, que ceux de la prochaine fois se mettent à ne pas vouloir investir. C’est comme ça qu’on change les choses : en mettant l’ennemi KO, en le faisant monétairement saigner.

Résister, c’est aller sur scène dans une dictature, et trembler quand les gardiens viennent vous donner des coups pour vous emprisonner. Ça, c’est résister. Et quand la tyrannie se transporte dans la rue et qu’un État totalitaire écrase ses citoyens comme les nazis en France, RÉSISTER, c’est prendre un pistolet et tirer un officier de l’armée d’occupation dans la tête, c’est faire dérailler un train et faire en sorte que l’incendie illumine jusqu’aux nuages. Ça c’est Résister, avec un R majuscule.

Ceux qui ont regardé le Gala par curiosité : vous avez fait en sorte que la controverse et la censure soient payantes pour les organisateurs du Gala.

« Oui, mais on va voter pour Mike Ward pour le supporter et envoyer un message. » Si je me souviens, voter dans un Gala coûte de l’argent. Drôle de façon de boycotter une organisation : en allant à son party et en laissant un généreux pourboire à l’entrée.

Pour contester le Gala, il fallait simplement… ne rien faire! C’était juste ça. Ne pas l’écouter, et pour les humoristes : ne pas y aller. Le X, une partie des gens aurait dû le mettre sur leur tête ou sur leur colonne.

FV
W

L’humour, faut plus faire de jokes avec ça

debut_article2Les humoristes Mike Ward et Guy Nantel se font censurer leur numéro par un représentant des assurances d’un spectacle, malgré que le texte ait été remanié plusieurs fois, afin de ne pas choquer des groupes de pression et des entreprises privées commanditaires. Ce numéro parlait…de la liberté d’expression!

Vous pouvez lire la nouvelle ici, et ici.

Eh oui! Nous en sommes rendus là! Des bureaucrates lisent le texte des humoristes et décident de ce qui est « acceptable » ou non. Car à notre époque du politiquement correct extrême, le simple fait de possiblement déplaire à un groupe ou un commanditaire (donc souvent une entreprise), est en soit suffisant pour s’autocensurer.

L’humour,-faut-plus-faire-de-jokes-avec-çaIl paraît que cette censure est une pratique courante. Tout ça ne sort au grand jour simplement parce que les humoristes sont sortis dans les médias, et qu’ils sont assez pesants pour ne pas (on l’espère) subir de représailles. Ce n’est là que la minuscule pointe de l’iceberg, le bout de la cheminée d’un Titanic en train de couler : notre société zombifiée du politiquement correct.

Je répète ce qui s’est passé : UNE seule personne, travaillant pour une entreprise privée d’assurances, décide de ce que MOI, TOI, NOUS avons le droit d’écouter à la télévision. Il n’est donc plus nécessaire de poursuivre quelqu’un pour le faire taire. La possibilité théorique, bref la peur, suffit. Mathieu Bock-Côté l’a bien résumé : c’est la tyrannie des braillards hypersensibles et des lobbys aux gros comptes en banque.

D’autres humoristes se font interdire l’accès au pays, comme ce Français du nom de Dieudonné, en raison de ses propos choquants. En sens inverse, des cargaisons de véhicules militaires passent les douanes. Leurs papiers sont en règle. Ces véhicules sont destinés à l’Arabie Saoudite, où des gens se font décapiter pour des « offenses » mineures.

Mais, tout ça n’est pas grave, car comme dirait notre premier ministre Trudeau, « parce qu’on est en 2016 ».

NOTE : Personnellement, je contesterai en n’écoutant pas le Gala. Ainsi, si personne n’écoute le Gala, et écoute À LA PLACE le webcast de Mike Ward et Guy Nantel (diffusé pendant le Gala), cela enverra bien plus qu’un message : cela rendra ce genre de Gala non profitable. Les commanditaires et les annonceurs y penseront une deuxième fois avant de censurer à outrance, CAR ILS PERDRONT DE L’ARGENT. À la longue, le diffuseur en question (Radio-Canada) comprendra qu’il y a encore plus d’argent à perdre à censurer. Et si vous êtes curieux comme moi, il suffit d’attendre le lendemain : vous saurez tout, sans les publicités ($$$$).

FV
W

Recensement et Registre des armes – payons jusqu’à notre mort

debut_article2Le recensement en cours, au Canada, coûte plus de 700 millions de dollars aux payeurs d’impôts. Tout ça pour un seul recensement fait pendant une petite période de l’année, et pour des données compilées de manière automatique par ordinateur.

Et on nous fait croire que le Registre des armes à feu coutera moins de 20 millions?

Avons-nous une garantie? Est-ce qu’un ministre est prêt à mettre son poste en jeu, ou sa pension à vie sur la table, si ce chiffre est dépassé? Nous connaissons déjà la réponse.

À noter qu’il est toujours possible que le coût du recensement augmente. Qu’en savons-nous, citoyens-soumis-eRecensement-et-registre-des-arme-à-feut-payeurs-de-taxes?

Dans une bureaucratie totalitaire (c’est-à-dire où le bureaucrate a « toujours raison »), les coûts sont toujours plus importants que ceux officiellement annoncés. Ces fonctionnaires qui travaillent au recensement ne sont pas tous « à contrat ». Ils occupent des bâtiments, ils ont des fonds de pension. Tout ceci, et bien d’autres choses, ça se paie. Ces beaux chiffres, payés par les contribuables soumis que nous sommes, apparaîtront dans la colonne obscure d’un document officiel (par exemple « frais collatéraux d’infrastructure et de main-d’oeuvre »), ce qui permettra d’artificiellement baisser les coûts déclarés.

Voter ne sert plus à rien. Quand je vote, j’ai l’impression de mettre un pansement sur une plaie ouverte. Ça ne sert presque à rien. Ça ralentit l’hémorragie, mais ça ne l’arrête pas. Et cette réalité, on la retrouve actuellement dans tous les pays soi-disant démocratiques.

La démocratie est morte.

FV
W

Si je suis socialiste? Capital-socialiste!

debut_article2Il arrive qu’on me demande si je suis socialiste. Regardez la vidéo qui suit. C’est ma version du vrai socialisme, comme il devrait être : un plus fort qui aide un plus faible à avancer. Mais le plus faible pédale et travaille. Il ne se laisse pas traîner. IL VEUT faire sa part. Et il la fait!

C’est le contraire de l’aberration appelée « communisme », qui consiste en un mélange de bureaucratie élitiste étouffante, et de sur-taxation criminelle du travail honnête. Le tout couronné d’un système policier, d’une armée et d’un gouvernement aux pouvoirs dictatoriaux.

Derrière les belles lettres du « communisme », et derrière le masque de beaucoup qui se disent socialistes, se cachent en fait des opportunistes qui veulent personnellement s’enrichir au détriment de ceux qui travaillent. Dans le fond, plusieurs « communistes » et « socialistes » sont en fait des capitalistes refoulés qui ont échoué et qui veulent leur part du gâteau, et ce sans avoir à acheter la farine et le sucre.

On devrait peut-être inventer une nouvelle expression : le capitalisme social. On pourrait aussi dire : capital-socialisme, même si des esprits mal intentionnés pouvaient faire un rapprochement avec le national-socialisme (les nazis).

Ceci consisterait en un RESPECT de la VRAIE source de richesse d’une nation : ceux qui travaillent et entreprennent. Je suis pour une valorisation de l’entrepreneuriat, de l’innovation et du travail. Le principe de base : tu travailles, on t’aide. Tu ne travailles pas, on te laisse mourir. Littéralement. Et pour vrai. Pas de pain pour ceux qui ne veulent pas tremper leurs mains dans la farine. Pas d’eau pour ceux qui sont trop paresseux pour se rendre au puits. Tu ne veux pas mourir? Facile : fais quelque chose, essaie, travaille. La société sera là pour toi.

Dans une société « capitale-socialiste », un nouvel entrepreneur devrait voir un tapis rouge se dérouler devant lui, dès le jour 1. Ce n’est qu’une fois que son entreprise est établie, que des impôts, raisonnables, apparaîtraient. Dans une société capitale-socialiste, un travailleur qui veut faire du temps supplémentaire ne devrait pas être découragé par des impôts asphyxiants. Dans une société capitale-socialiste, c’est le fisc qui s’adapte au citoyen, et non l’inverse.

Dans une société capitale-socialiste, quelqu’un de paralysé ou de malade sera aidé, car vous savez quoi? La plupart des handicapés ne sont pas paresseux, ils veulent travailler! Et c’est ce que nous voulons, c’est ce dont nous avons de besoin! Je préfère un handicapé travaillant à un fainéant en parfaite forme.

Une société riche est une société qui soutient ceux qui font la richesse.

Donc, oui je socialiste! Mais capital-socialiste.

www.TorcheEpee.com

FV
W

Cliquez pour la vidéo.

Ministre de la Défense du Canada — Ne faites pas « comme Wali »

debut_article2Petit article qui vient de sortir dans LaPresse à mon sujet…

Le ministre de la Défense décourage, sans condamner, les vétérans de faire « comme Wali » et de se rendre au Moyen-Orient pour combattre  l’État islamique. Car la situation est « complexe » et les soldats pourraient causer plus de tort que de bien.

C’est un peu comme si des pompiers qui restent à la caserne pendant le feu disaient : « n’allez pas combattre les flammes, laissez la ville brûler, vous n’avez pas l’entraînement ou l’équipement, vous risquez de causer plus de tort que de bien. »

Pendant ce temps, on voit le reflet de la ville en feu sur les camions tout propres des pompiers de la ville.

Eh! bien voilà, si les vrais pompiers avaient le droit d’aller éteindre le feu, le simple citoyen n’aurait pas besoin de se jeter dans le brasier avec ses chaudières et son petit extincteur défectueux. Donnez le feu vert aux pompiers, et le problème sera réglé.

Je pourrais mettre de l’huile sur le feu et critiquer sans nuances le ministre et la Défense, mais je ne le ferai pas. Je respecte le ministre actuel, Harjit Sajjan. De ce que je sais, il est solide comme soldat!

Je pourrais critiquer les Forces canadiennes, mais ils sont comme des boxeurs professionnels aux mains menottées.

Le ministre aurait ensuite dit : « Quand les Forces canadiennes travaillent avec des groupes, ils sont vérifiés et sont loyaux au gouvernement central irakien, ils ont l’équipement approprié. Mais encore plus important, quiconque travaille avec nous, nous le formons sur le droit international et les droits de l’homme ».

L’Irak? Qu’est-ce que c’est au juste? Ah oui! un semblant de pays où l’on s’entretue au nom des confessions religieuses musulmanes, dont la capitale ressemble à un dépotoir, dont le « Parlement » se fait prendre d’assaut par des groupes aux allégeances douteuses. Un « pays » qui reçoit de l’équipement militaire digne des forces spéciales, mais qui fuit devant l’EI comme un ours devant des lièvres.

Par contre, je vais dans le même sens que le ministre sur un point : un combattant volontaire peut être nuisible. Un volontaire qui commettrait des crimes, ou qui aurait un agissement désagréable, comme ça a été le cas un peu partout avec certains volontaires étrangers, nuit à la cause.

C’est pourquoi la responsabilité qui pèse sur les épaules du combattant étranger est double : plus que jamais, ces combattants ne représentent pas seulement la liberté, mais aussi leur pays… pays dont les armées sont de plus en plus impuissantes, et par ricochet… inutiles.

FV
W

Fort MacMurray — ils ont dit « Que l’Alberta brûle »

Lisez-moi ce que ces deux « prix Nobel » ont écrit sur internet… En gros, ils disent que si Fort MacMurray brûle, c’est dans le fond bien mérité, car c’est la province « responsable du réchauffement climatique », et que quant à ça, « l’Alberta en entier devrait brûler ».

Ce que je leur dis :

Admettons (même si c’est un autre débat) que le pétrole de l’Ouest soit responsable du réchauffement climatique… dans ce cas, nous sommes TOUS également responsables. Nous VOULONS et consommons du pétrole. Nous conduisons des voitures, nous achetons des biens produits grâce au pétrole.

13178640_10153446439020684_7036584387237929305_nSi ces deux individus sont à ce point contre le pétrole, ils peuvent en annuler la production simplement en n’ayant plus besoin dudit pétrole, donc en vivant dans des huttes (ou des igloos, l’hiver, au choix). Si le monde entier décide de retourner à l’âge de pierre, la production de pétrole cessera instantanément.

En passant, je suis un « environnementaliste ». Réchauffement climatique ou pas, nous consommons trop, nous détruisons les habitats naturels, nous tuons des espèces entières. Nous sommes tous une part du problème.

Critiquer les producteurs de pétroles, et souhaiter la mort des populations qui en vivent, c’est un peu comme manger de la viande et souhaiter que tous les bouchers se fassent pendre, car « ils tuent des animaux ».

Mise à jour : il paraît qu’un des auteurs de ces textes vient de perdre son emploi. Au moins il a seulement perdu son emploi. Il n’a pas perdu sa maison, sa voiture, ses souvenirs, ses biens. À sa place je prendrais un billet d’avion et j’irais me faire pardonner en donnant 100 heures de travail communautaire aux sinistrés. Tout le monde peut dire des niaiseries. Comme dirait un des auteurs de ces textes: Karma is a bitch.

FV
W

#FortMacFire