avatar_aout_2019

Je suis optimiste. L’humanité finit toujours par s’améliorer.

Mais les changements viennent souvent après de longues souffrances.

Il y a une raison pour laquelle nous sommes si pacifiques à notre époque : nous nous sommes entre-tués pendant des millénaires à coups de guerres mondiales stupides et de massacres.

Il y a une raison pour laquelle nous ne voulons plus être contrôlés par les religions : les religions nous ont contrôlés pendant des millénaires tels des dictatures.

À notre époque, nous sommes égoïstes et matérialistes. Il faudra en souffrir collectivement encore longtemps. C’est alors que nous changerons.

FV
W

Comme un incendie…

avatar_aout_2019

Quand un incendie commence, il n’y a aucun mort. Le danger vient avec un incendie incontrôlé.

Plusieurs pays qui ont eu des deuxièmes vagues de Covid n’ont pas eu de hausses des hospitalisations… au début ! Le covid devient dangereux quand :

. On est exposé à une forte dose du virus parce que nous sommes entourées de personnes fortement contaminées (donc quand l’épidémie est hors de contrôle).

. Les systèmes de soin sont débordés.

. Quand il y a tellement d’infections que le taux de mortalité monte (comme en Italie du nord ou à New York, pour ne donner que deux exemples parmis d’autres).

Comme bien d’autres dangers, le Covid perd beaucoup de son potentiel meurtrier si des mesures de base sont suivies.

Le Covid est surtout dangereux quand on ne croit pas qu’il est dangereux. Le covid est dangereux quand on ne s’occupe pas de lui !

Entre les gens dans le déni et les personnes maladivement insécures, il y a une troisième voie… celle du gros bon sens !

FV
W

avatar_aout_2019

Voici pourquoi je pense que Trump pourrait gagner les prochaines élections…

Plusieurs supporters de Trump ne répondent pas aux sondages, croyant que les sondages sont truqués ou du moins biaisés. Par contre, ces supporters, frustrés et souvent abandonnés, iront voter.

Les journalistes et les analystes sous-estiment le niveau de frustration de plusieurs citoyens. Ces citoyens ont souvent voté pendant des décennies, sans que leur situation s’améliore. Au contraire, pour plusieurs d’entre eux, leur situation s’est détériorée. Pourtant, pendant des années, on leur promettait. Élection après élection. Ces électeurs frustrés en ont vu passer des beaux et souriants politiciens. Au début, ils ont été charmés. Ils ont chaque fois été déçus. Élection après élection.

Que fait quelqu’un de frustré qui se sent trahi après avoir fait confiance à plusieurs reprises… il vote pour le fauteur de troubles, celui qui renversera les tables de la fête à laquelle il n’est pas invité !

FV
W

avatar_aout_2019

Arrêtez de blâmer le gouvernement pour les vieillards qui meurent de misère dans les hôpitaux. La faute nous revient à TOUS !

La froide vérité, celle qu’aucun politicien n’osera vous dire, la voici…

La vérité est que comme population, nous nous fichons de nos vieillards. Pourquoi ? Parce qu’ils sont économiquement inutiles et ne nous amènent aucun avantage. Les vieillards consomment et coutent cher en services de toutes sortes. Au fond de chacun de nous, nous ne voulons pas payer pour ça.

Le problème des conditions des personnes âgées en CHSLD dure depuis des DÉCENNIES. Et ce PEU IMPORTE le parti politique en place. La Deuxième Guerre mondiale a duré six ans ! Je vous jure que quand un peuple décide de régler un problème, et qu’il le veut sincèrement, il le règle rapidement.

La vérité est que nous sommes presque tous individualistes et ne voulons PAS régler le problème des conditions des personnes âgées. Si le Covid menaçait les plus jeunes, le problème serait réglé en quelques mois. Si c’était tellement important, les CHSLD seraient un VRAI enjeu et les politiciens, pour gagner des points, régleraient le problème. Si les politiciens ne le font pas, c’est parce que c’est trop risqué politiquement et que ça rapporte peu. Pour faire des réformes, il faudrait affronter des syndicats et des avocats, gérer des grèves, assister à des manifestations de citoyens accusant le gouvernement d’être une dictature, supporter des campagnes de pleurnichage de milliers d’employés congédiés et en colère, ainsi de suite. Bref, les réformes impliqueraient un véritable carnage des services de santé. Et ce carnage, les politiciens ne le feront pas, car ils savent que la population n’en veut pas. Les politiciens savent que ce qui fait gagner des votes, ce sont les chèques et non les réformes intelligentes.

Les politiciens, comme la population, jouent une « game » : la « game » consiste à faire juste assez de promesses et de réformes pour se donner bonne conscience, tout en laissant aller les choses comme avant. Dans le fond, nos vieillards sont comme des itinérants à qui on lance quelques brindilles avant d’entrer dans un bon restaurant, question de ne pas trop perdre l’appétit.

La voilà, la froide vérité.

FV
W