Partager ceci :

bombardment_isis_syria
Ces jours-ci, malgré la défaite officielle de l’État islamique, des bombardements ont toujours lieu.

« L’État islamique n’est pas défait, c’est une illusion. Nous ne pourrons jamais les vaincre. » On peut déjà entendre ce genre d’argument. Mes chers amis, ne tombons pas dans le piège de la propagande ennemie. L’ennemi est terriblement affaibli. Voici la réalité…

L’EI a été défait militairement et territorialement. Ce qui veut dire que l’EI ne possède plus ses territoires en Irak et Syrie. Ça ne veut pas dire que l’EI n’existe plus, ça veut simplement dire que le combat est maintenant devenu une guerre de contre-insurrection. Ceci rend les actions de l’ennemi beaucoup plus difficiles qu’avant. Par exemple, l’EI possédait des usines d’armes en plein milieu des villes. Ces usines fabriquaient des explosifs, des armes chimiques, des véhicules blindés, et ainsi de suite. Ce n’est plus possible maintenant ! Si les fanatiques islamiques veulent fabriquer ces armes, ils doivent le faire en cachette, entourés de soldats hostiles et d’une population en partie prête à les dénoncer. La même chose se produit avec les camps d’entraînement : pour entraîner ses combattants, l’EI ne pourra plus le faire à la vue de tous. Ils devront se cacher. D’un point de vue logistique, ceci rend leur travail énormément plus difficile qu’avant.

C’est comme quand nous avons conquis l’Allemagne nazie : nous occupions l’Allemagne, au cas où les nazis refassent surface et commencent une guerre d’insurrection. Mais sans leurs territoires, les Allemands ne pouvaient pas faire face à une armée d’occupation aussi nombreuse. S’ils s’étaient soulevés, ils auraient été anéantis. Les talibans aussi perdaient face à nos armées, tout aussi longtemps que nous gardions nos armées en place !

Notre erreur serait de retirer les troupes et de laisser le feu se rallumer de ses cendres. C’est ce que Obama a fait en retirant les troupes américaines prématurément, ce qui a contribué à la prolifération de l’État islamique. Mais le jeu a changé. Ceux qui aujourd’hui occupent le terrain sont surtout des soldats venant des pays autrefois attaqués par l’EI, par exemple les Kurdes, les Syriens et les Irakiens. Et ils n’ont aucune intention de s’en aller !

La guerre contre le fanatisme islamique n’est pas finie. Mais nous pouvons dire que l’État islamique n’est plus un État !

FV
W

  • image d’origine inconnue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *