Les communistes tuaient et torturaient tout ce qui se rapprochait des religions. Car pour les communistes, le communisme n’était pas une religion, mais la « vérité » et « l’évidence ». Combattre la vérité et la justice méritait donc la répression la plus violence.

À chaque époque, il y a une religion. Chaque fois, la religion en place ne se considère pas comme une religion, mais comme la « vérité ». Les « religions », ce sont les « autres ». Et ceux qui s’opposent à la « vérité », ce sont des sectes dangereuses. Le lavage de cerveau, ce sont ces sectes qui le font. Car il ne s’agit pas de lavage de cerveau quand on répand la « vérité ». Ainsi, au Moyen-âge, la religion catholique ne se voyait pas comme une religion parmi d’autres, mais comme l’unique « vérité » entourée d’une mer de sectes mensongères et dangereuses. Ces sectes constituaient un danger méritant des invasions armées et la torture physique de l’Inquisition.

Aujourd’hui, encore, le multiculturalisme radical s’impose comme une nouvelle religion. Mais pour ses adeptes, le « multiculturalisme » n’est pas une religion. Elle est la « vérité ». Il n’y a qu’une seule version de la « tolérance », c’est celle proclamée par le multiculturalisme. Et combattre cette « tolérance », ou proposer une alternative est un péché méritant l’exclusion d’un emploi, d’un groupe d’ami ou de la société dite « acceptable ».

Le « multiculturalisme » n’étant supposément pas une religion, il a ainsi le privilège, ou plutôt le droit de s’imposer partout. Les adeptes du multiculturalisme ne considèrent pas comme anormal de contrôler à eux seuls un gouvernement, un ministère ou une école. Les adeptes du multiculturalisme n’ont aucune gêne à changer les lois d’un territoire, alors même que la majorité de la population de ce territoire s’y oppose. Car un fanatique religieux se donne tous les droits, y compris celui de forcer l’adoption de la « vérité ».

FV
W

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *