Autopsie du corps du volontaire tué en Syrie

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone

NazzQuelque part dans une salle d’opération au Canada, un «body bag» a récemment été ouvert. Le corps qu’il contenait arrivait de loin. C’était le corps d’un Canadien mort au combat, face à l’État islamique. Si vous vous rappelez, ce combattant était mort un peu avant Noël, en Syrie, sur la ligne de front. Son nom est Nazzareno Tassone.

Le corps du combattant volontaire venait du désert brûlant et poussiéreux, ce qui contrastait avec la froideur du métal de la salle d’opération du Canada. La guerre devait sembler si loin, et pourtant si proche et palpable. D’ailleurs, auparavant, la mère du défunt avait pu toucher au sac contenant le corps, sans en voir plus. Elle s’est alors dit : «Est-ce vraiment mon fils?» La guerre était pour elle si loin. Son fils aussi.

Le corps portait des marques de torture et de mutilation. En fait, le corps était couvert de brûlures de cigarettes et de blessures causées par des «cordes». La tête avait subi un traumatisme probablement mortel.

Voici ce que je pense qu’il est arrivé…2017-01-06-ISISFighterEN6

Nazzareno et ses camarades ont fait face à trop d’ennemis à la fois. Ils ont fini par être encerclés. Son ami Ryan, un Britannique, s’est finalement suicidé, craignant d’être pris prisonnier. Est-ce que c’était avant ou après que Nazzareno soit tué? Difficile à dire. Moi, je crois que Ryan s’est suicidé avant, après avoir vu son ami être tué, peut-être par un gros éclat de RPG à la tête, ou quelque chose de semblable. Je ne crois pas que Ryan se serait suicidé tout en sachant que son ami aurait continué le combat sans lui. Et je ne crois pas que Nazzareno se serait suicidé en solo, par un coup à la tête, tout en laissant ses camarades poursuivre seuls le combat.

Nazzareno a donc été tué ou du moins est tombé inconscient. L’ennemi a progressé. Ryan, ne voyant plus d’issus, s’est suicidé avec son arme. Les soldats de l’État islamique ont finalement pris la position. Ils ont trouvé Ryan, au sol, à côté de son arme. Et puis ils ont trouvé le corps de Nazzareno, qui ne semblait pas blessé de manière aussi évidente, par balle. Les soldats ennemis ont alors pensé que Nazzareno faisait peut-être semblant d’être mort. Ils l’ont alors attaché (les marques de cordes). Ils lui ont ensuite donné plusieurs coups de pieds (ce qui explique plusieurs marques au corps), afin de le forcer à se révéler, ou du moins afin de le faire sortir de son état d’inconscience.

Voyant que Nazzareno ne réagissait pas, ils l’ont alors brûlé avec des cigarettes. En temps normal, cette technique ne manquerait pas de réveiller quelqu’un de vivant, mais encore conscient.

Après plusieurs essais, l’ennemi s’est finalement convaincu que Nazzareno était bel et bien mort.

Tel est la réalité de la guerre et des combattants volontaires. La guerre est rude.

(Ce texte fait partie d’une série sur les combattants volontaires : http://torchsword.org/fr/category/combattant_volontaire )

FV
W

http://www.nationalpost.com/m/wp/news/canada/blog.html?b=news.nationalpost.com/news/canada/canadian-who-went-overseas-to-help-fight-isil-mutilated-after-his-death-coroner-finds&pubdate=2017-06-06

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *