Emprisonné pour avoir combattu contre l’État islamique

Partager ceci :

JRobinson

Les nazis disaient que la Résistance française était une organisation « terroriste ». Ceci permettait d’effacer d’un coup de crayon les droits des résistants, droits qu’ils auraient normalement eus. Les nazis pouvaient donc fusiller, emprisonner, torturer à leur guise ces « criminels ». Continuer la lecture “Emprisonné pour avoir combattu contre l’État islamique”

La Turquie plante un coup de poignard dans le dos des Kurdes en Syrie

Partager ceci :

turquie qui attaque les Kurdes en Syrie

Ce qui se passe avec les Kurdes de Syrie est encore une fois une grande injustice humaine.

Les Kurdes, nos alliés dans la guerre contre l’État islamique, se sont fait planter Continuer la lecture “La Turquie plante un coup de poignard dans le dos des Kurdes en Syrie”

Soldat X s’en va en Europe

Partager ceci :

Soldat X est tout excité de s’engager dans l’Armée et d’aller combattre les nazis en Europe.

Après l’entraînement, il part sur des navires de guerre, sur l’Atlantique. Il vit quelques alertes aux U-boot, sans jamais en voir un seul. Le convoi traverse l’océan sans problèmes.

Arrivée en Angleterre, le soldat X continue de s’entraîner. À cette étape, Continuer la lecture “Soldat X s’en va en Europe”

Là où sont les hommes d’action

Partager ceci :

PLH-20150925-121139-780

C’est le premier Français a avoir joint les Kurdes face à l’État islamique, tout comme j’étais le premier du Québec. Il vivait à quelques minutes de mon camp. Il était calme, discret, agréable, professionnel. Continuer la lecture “Là où sont les hommes d’action”

Un combattant volontaire de Montréal en prison!

Partager ceci :

Ça arrive plus souvent qu’on le pense : un combattant volontaire canadien est en ce moment en prison au Kurdistan. Sauf qu’il est détenu non par l’ennemi, mais par des alliés, des Kurdes!

Certains se demandent comment ça peut arriver. Voici pourquoi…

Une zone de guerre est complexe. Ce n’est pas seulement «noir et blanc», ou des «amis contre des ennemis». En fait, les amis s’entendent souvent très mal entre eux. Il arrive que des nations officiellement alliées se tirent dessus à l’occasion. Dans le conflit contre l’État islamique, dites-vous que ça ressemble à une gang de filles qui bitchent entre elles. Elles sont toutes au même party. Mais dans le salon il y a Lulu et Jojo qui bitchent contre la gang sur le balcon et qui sont près du BBQ. Les filles sur le balcon sont amies, mais elles se chicanent à l’occasion. Ça peut même virer en claques sur la gueule (= bombardements, morts, etc.). Ces situations sont arrivées, quand j’étais au Kurdistan. Des Kurdes se sont tirés dessus, et il y a eu des morts. Pas génial!

Mais il arrive que tout le monde du party se mette d’accord pour aller foutre une raclée aux voisins (= État islamique ou un autre pays, par exemple), qui s’en viennent trop dérangeants ou qui sont avec les beaux mecs (pétrole, mines, eau, etc.). Et ça, ce n’est pas juste!

Bref, vous voyez le portrait.

Dans la réalité, cela fait que la Turquie bombarde souvent les Kurdes, leurs «alliés», officiellement, dans la lutte contre l’État islamique. Ces mêmes Kurdes se chicanent avec les Irakiens, les Iraniens, les Syriens, les milices chiites, etc. Par-dessus cela, il y a de grandes puissances qui viennent défaire les cartes. Et par-dessus cela, il y a les Kurdes qui se chicanes entre eux. C’est ce qui explique que le combattant volontaire canadien est en ce moment détenu.

Car ce Canadien se battait pour les Kurdes de Syrie (région appelée Rojava). Le problème est que Rojava et une partie du Kurdistan irakien ne s’entendent pas à merveille. Des gens parlent même d’une future guerre civile. Vous l’aurez deviné, des puissances régionales, locales et internationales se mêleront de cette possible guerre, afin d’en retirer des avantages stratégiques (= plus de martinis et de bons BBQ).

Alors, pourquoi est-ce que les combattants volontaires se font parfois arrêter? Les raisons sont multiples. Parfois ils se comportent en idiots et font des gaffes (par exemple se saouler et frapper le fils d’un politicien important). Parfois, ils disent des choses pas cool sur leur compte Facebook public, contre un gouvernement. Quand ces mêmes volontaires décident de traverser le territoire du gouvernement en question pour retourner voir leurs potes chez eux, ça peut conduire à des frictions. À ce moment, le gouvernement veut envoyer un message. Pourquoi? Pour que les personnes intéressées à être volontaire aient peur et n’aillent pas gonfler les rangs du groupe visé (ici les YPG Rojava). Parfois, le combattant volontaire se comporte bien. Mais il allume son téléphone au mauvais moment, se fait détecter, ou traverse un mauvais checkpoint. Une petite dose de malchance, et la tournée touristique vire en visite de cellule de prison.

Bref, plein de choses peuvent arriver. Et toutes ces choses ont des implications politiques.

Vous comprenez maintenant qu’être volontaire est beaucoup plus complexe qu’être un soldat ordinaire. Être un combattant volontaire, c’est un peu comme faire un travail pratique en Sciences Po au collège, mais en mieux et surtout… beaucoup plus le fun! Sauf quand tu es prisonnier dans un pays allié! Disons que passer quelques semaines en prison, avec des suspects de l’État islamique… ça doit aider à remplir un cahier d’étudiant.

Sur ce, je vais aller manger un restant de gâteau. Bonne soirée.

(Ce texte fait partie d’une série sur les combattants volontaires : http://torchsword.org/fr/category/combattant_volontaire )

FV
W

http://plus.lapresse.ca/screens/510f31f7-8b28-4401-ac63-933092616083%7C_0.html

Vous n’êtes pas des chochotes de villes parfumées

Partager ceci :

DSCN0615Imaginez-vous ceci…

Vous êtes un bon soldat. Vous êtes au gym toute la journée. Vous ne faites que vous entraîner. Vous avez presque la forme physique d’un athlète prêt pour les olympiques.

Si c’est votre cas : vous faites erreur ! Continuer la lecture “Vous n’êtes pas des chochotes de villes parfumées”

Autopsie du corps du volontaire tué en Syrie

Partager ceci :

NazzQuelque part dans une salle d’opération au Canada, un «body bag» a récemment été ouvert. Le corps qu’il contenait arrivait de loin. C’était le corps d’un Canadien mort au combat, face à l’État islamique. Si vous vous rappelez, ce combattant était mort un peu avant Noël, en Syrie, sur la ligne de front. Son nom est Nazzareno Tassone. Continuer la lecture “Autopsie du corps du volontaire tué en Syrie”