C’était mon secteur d’opérations : Hawija!

C’était mon secteur d’opérations! Hawija! C’est maintenant le dernier bastion de l’EI en Irak. Les forces spéciales canadiennes sont maintenant dans ce secteur, prêtes à épauler les troupes alliées en présence. Les combats vont bientôt commencer. Continuer la lecture “C’était mon secteur d’opérations : Hawija!”

Les Irakiens demandent l’annulation du référendum : les Kurdes ne doivent pas abandonner!

PLH-20150910-115502-420Les Kurdes ne doivent pas abandonner!

Le gouvernement irakien veut empêcher les Kurdes de tenir leur référendum sur l’indépendance dans une semaine, car cela va contre «la constitution». Ce même gouvernement irakien qui menace d’employer la force si le référendum devient «violent» (lire ici : les Irakiens se cherchent une excuse pour intervenir militairement contre leur propre population kurde).

Mais quelle farce! Ceci venant d’un supposé pays qui n’a pas été capable de se défendre seul contre l’EI. Ceci d’un supposé pays qui a été dessiné artificiellement par les empires du siècle dernier. Ceci venant d’un supposé pays qui a coupé les revenus au Kurdistan pendant des années. Ceci venant d’un supposé pays qui a largué du gaz moutarde sur les Kurdes, dans le passé. D’ailleurs, j’ai côtoyé des soldats qui avaient dû mal à respirer, des années après ces attaques. Ces gaz n’ont pas été largués par un seul homme, Saddam Hussein. Des soldats ont volontairement agi ainsi.

La «constitution»… ça veut dire quoi face au destin et à la liberté des peuples? Rien! La liberté des peuples a préséance sur tous les bouts de papier, tous les juges et tous les bureaucrates. Je me fiche bien que l’article 34.3 d’un chiffon de papier dise que la volonté d’un peuple ne soit pas «constitutionnelle»! Les juges et bureaucrates vont, au bout du compte, obéir aux soldats, ou à celui envers qui les soldats obéissent. Ces mêmes juges et bureaucrates qui déclarent aujourd’hui ce qui est «légal» ou non vont tout aussi rapidement changer les termes du contrat, si la force n’est plus de leur côté.

Il n’y a que le courage militaire des peuples qui, au final, garantit sa liberté. Les peuples montons ne sont libres que s’ils sont entourés de loups qui les protègent. Ce n’est pas le cas des Kurdes, qui sont entourés de vipères qui ne veulent pas le bien du peuple kurde. Les Kurdes doivent donc être des loups. Et un loup doit parfois mordre pour être respecté dans la forêt.

Il n’y a que le sang qui peut garantir l’indépendance des Kurdes. Ou la menace de le faire couler.

Car voici ce qui a fait les lois dans l’Histoire de l’humanité : la force armée! Les constitutions des pays ne sont pas écrites par l’encre des plumes, mais par les cendres des champs de bataille.

FV
W

http://www.rudaw.net/mobile/english/kurdistan/180920173

Des milliers de combattants de l’EI de retour en Europe

2B03D80E00000578-3182445-image-a-28_1438454792907

Des milliers d’ex-combattants de l’État islamique sont déjà revenus en Europe ou s’en viendront bientôt. Malheureusement, une fois en Occident, ces combattants sont beaucoup plus difficiles à gérer. Et aussi plus couteux. Continuer la lecture “Des milliers de combattants de l’EI de retour en Europe”

Le droit fondamental de se défendre

Ça devrait être un droit fondamental pour tout citoyen d’Europe de pouvoir se défendre par les armes, si les autorités ne sont plus capables d’assurer la sécurité. Point. Et ce n’est pas un politicien entouré de gardes du corps qui devrait pouvoir dire le contraire.

Français et Européens : armez-vous et soyez prêts! Vous connaissez trop bien l’histoire pour ne pas prendre cette précaution.

FV
W

Pendant l’attentat en Espagne, voici ce qui s’est passé au Kurdistan

D-P1De lâches terroristes s’en sont pris à des gens sans défense en Espagne. Pendant ce temps, au Kurdistan, les soldats de l’État islamique s’en sont pris à une ligne de défense kurde dans un secteur où j’ai beaucoup d’amis. La réponse Continuer la lecture “Pendant l’attentat en Espagne, voici ce qui s’est passé au Kurdistan”

Un combattant volontaire de Montréal en prison!

Ça arrive plus souvent qu’on le pense : un combattant volontaire canadien est en ce moment en prison au Kurdistan. Sauf qu’il est détenu non par l’ennemi, mais par des alliés, des Kurdes!

Certains se demandent comment ça peut arriver. Voici pourquoi…

Une zone de guerre est complexe. Ce n’est pas seulement «noir et blanc», ou des «amis contre des ennemis». En fait, les amis s’entendent souvent très mal entre eux. Il arrive que des nations officiellement alliées se tirent dessus à l’occasion. Dans le conflit contre l’État islamique, dites-vous que ça ressemble à une gang de filles qui bitchent entre elles. Elles sont toutes au même party. Mais dans le salon il y a Lulu et Jojo qui bitchent contre la gang sur le balcon et qui sont près du BBQ. Les filles sur le balcon sont amies, mais elles se chicanent à l’occasion. Ça peut même virer en claques sur la gueule (= bombardements, morts, etc.). Ces situations sont arrivées, quand j’étais au Kurdistan. Des Kurdes se sont tirés dessus, et il y a eu des morts. Pas génial!

Mais il arrive que tout le monde du party se mette d’accord pour aller foutre une raclée aux voisins (= État islamique ou un autre pays, par exemple), qui s’en viennent trop dérangeants ou qui sont avec les beaux mecs (pétrole, mines, eau, etc.). Et ça, ce n’est pas juste!

Bref, vous voyez le portrait.

Dans la réalité, cela fait que la Turquie bombarde souvent les Kurdes, leurs «alliés», officiellement, dans la lutte contre l’État islamique. Ces mêmes Kurdes se chicanent avec les Irakiens, les Iraniens, les Syriens, les milices chiites, etc. Par-dessus cela, il y a de grandes puissances qui viennent défaire les cartes. Et par-dessus cela, il y a les Kurdes qui se chicanes entre eux. C’est ce qui explique que le combattant volontaire canadien est en ce moment détenu.

Car ce Canadien se battait pour les Kurdes de Syrie (région appelée Rojava). Le problème est que Rojava et une partie du Kurdistan irakien ne s’entendent pas à merveille. Des gens parlent même d’une future guerre civile. Vous l’aurez deviné, des puissances régionales, locales et internationales se mêleront de cette possible guerre, afin d’en retirer des avantages stratégiques (= plus de martinis et de bons BBQ).

Alors, pourquoi est-ce que les combattants volontaires se font parfois arrêter? Les raisons sont multiples. Parfois ils se comportent en idiots et font des gaffes (par exemple se saouler et frapper le fils d’un politicien important). Parfois, ils disent des choses pas cool sur leur compte Facebook public, contre un gouvernement. Quand ces mêmes volontaires décident de traverser le territoire du gouvernement en question pour retourner voir leurs potes chez eux, ça peut conduire à des frictions. À ce moment, le gouvernement veut envoyer un message. Pourquoi? Pour que les personnes intéressées à être volontaire aient peur et n’aillent pas gonfler les rangs du groupe visé (ici les YPG Rojava). Parfois, le combattant volontaire se comporte bien. Mais il allume son téléphone au mauvais moment, se fait détecter, ou traverse un mauvais checkpoint. Une petite dose de malchance, et la tournée touristique vire en visite de cellule de prison.

Bref, plein de choses peuvent arriver. Et toutes ces choses ont des implications politiques.

Vous comprenez maintenant qu’être volontaire est beaucoup plus complexe qu’être un soldat ordinaire. Être un combattant volontaire, c’est un peu comme faire un travail pratique en Sciences Po au collège, mais en mieux et surtout… beaucoup plus le fun! Sauf quand tu es prisonnier dans un pays allié! Disons que passer quelques semaines en prison, avec des suspects de l’État islamique… ça doit aider à remplir un cahier d’étudiant.

Sur ce, je vais aller manger un restant de gâteau. Bonne soirée.

(Ce texte fait partie d’une série sur les combattants volontaires : http://torchsword.org/fr/category/combattant_volontaire )

FV
W

http://plus.lapresse.ca/screens/510f31f7-8b28-4401-ac63-933092616083%7C_0.html