Cinq policiers sur un seul homme?

avatar_aout_2019

Est-ce qu’il y a des policiers racistes ? Absolument ! Le racisme existe partout, dans toutes les races. Est-ce qu’il y a de la brutalité policière ? Absolument ! Tout comme il y a des policiers professionnels.

Mais imaginez la scène suivante…

Vous voyez cinq policiers sur un seul gars. Le gars est au sol et se débat. Rapidement, votre premier réflexe est de penser : « Regardez les salauds de policiers qui sont cinq sur un seul gars ! »

Mais la réalité est que ce genre d’intervention sert souvent à moins blesser l’individu arrêté ! Si, par exemple, l’individu est fort et drogué, chaque policier retient un seul membre. Un policier s’agrippe à un bras, un autre à une jambe, ainsi de suite. L’individu, même fort, finit par se fatiguer. Si un seul policier essayait de maîtriser l’individu, il devrait littéralement se battre avec, et peut-être même sortir son arme ou sa matraque, et ainsi blesser l’individu, ou lui-même.

Je ne dis pas que le policier qui a tué le noir est non coupable. Pour le savoir il faudra un procès et connaître toute l’histoire. J’essaye simplement d’attirer l’attention sur le fait que la perception et la réalité sont souvent deux choses différentes.

FV
W

Trump et la haine de l’ex

avatar_aout_2019

Un média qui critique Trump, c’est comme un gars qui chiale contre son ex…

En l’écoutant énumérer tous les défauts de l’ex (ou de Trump), tous ont un petit sourire en coin. Personne n’ose dire tout haut ce que tous pensent tout bas : « Mon ami, tu n’es pas neutre dans tout ça ! »

Les médias ont une haine irrationnelle de Trump. Une haine à ce point exagérée que s’en est caricaturale. Et comme avec un gars qui chiale contre son ex, il est sage « d’en prendre et d’en laisser ».

* Pour mon récent livre de sniper (qui ne contient même pas le mot « Trump » ) : www.livreswali.com

FV
W

avatar_aout_2019

Le Cirque du Soleil qui reçoit 200 millions du gouvernement ! C’est comme si chaque Québécois avait été forcé d’acheter un billet de 25 dollars, sans assister à aucun spectacle. Et en admettant que la moitié de la population travaille, le billet (sans spectacle) monte à 50 dollars.

Et tout ceci sans notre consentement !

Si ce n’est pas se faire « avoir », je me demande c’est quoi !

FV
W

https://www.ledevoir.com/culture/579628/une-aide-de-200-millions-us-pour-le-cirque-du-soleil

Une autre étape, deux jours plus tard!

avatar_aout_2019

À tous ceux qui pensaient que le bannissement des armes allait s’arrêter avec les armes de « style » militaire…

Deux jours après le bannissement non démocratique des armes de « style » militaire, Trudeau vient tout juste de dire, en résumé :

« Nous allons déposer un projet de loi pour aider les villes qui veulent bannir les armes de poing. »

Une étape à la fois. Et chaque fois, des naïfs se disent : « Mais cette fois-ci, c’est vraiment vraiment le dernier bannissement. »

Le karma est dur envers les peuples naïfs.

* Pour mon récent livre de tireur d’élite :
www.livreswali.com

FV
W

Une société de rebels

avatar_aout_2019

Surcontrôle des citoyens pendant le Covid, surtaxation des travailleurs, contrôle des subventions, contrôle des armes, etc.

Plus ça va, et plus l’État prend le contrôle des moindres détails de nos vies.

Il y a un effet secondaire à ce contrôle de plus en plus répressif : les citoyens s’habituent à défier la loi. Ceux qui veulent vivre librement prennent de plus en plus d’expérience à contourner habilement la loi. Bref, l’État est en train de créer des citoyens rebels.

Ainsi, les citoyens contournent la surveillance, font de la fraude fiscale défensive et cachent leurs armes.

Autre effet secondaire : l’état psychologique change. Non seulement les citoyens deviennent de plus en plus expérimentés dans le contournement des lois, mais ils s’habituent psychologiquement à le faire.

Plutôt que de comprendre le message et laisser respirer les bons citoyens, les fanatiques du contrôle étatique s’entêtent et fouinent leur nez partout.

Ceci ne conduira pas à une société en santé, mais à une société déchirée et en « guerre » avec elle-même.

FV
W

Un autre pas vers le désarmement

avatar_aout_2019

Une population désarmée face à un État puissant trace à la voie à la dictature. C’est ce que nous apprend l’histoire.

Aujourd’hui, un pas de plus a été fait pour désarmer les citoyens respectueux des lois. Le gouvernement Trudeau instrumentalise le moindre événement pour toujours plus étendre son contrôle sur la population. Tout ceci au nom de la « paix » et de la « sécurité ».

Je n’ai pas confiance en CE gouvernement. Et je ne donne pas de chèque en blanc aux gouvernements du futur.

C’est pourquoi l’ordre du gouvernement de désarmer la population est illégitime et moralement illégal.

FV
W

* Ce texte représente mon opinion. En vertu de l’article 2 de la Charte des Droits et Libertés, j’ai le droit d’exprimer mon désaccord face à une loi ou un gouvernement. Quiconque m’empêcherait d’exprimer ce désaccord, au nom d’un loi, commet un crime face aux droits humains fondamentaux.

avatar_aout_2019
Si je comprends bien, pendant des années on voulait bannir les armes pour “sauver une vie”, mais on n’a pas réformé le système de santé pour sauver des milliers de vies?
 
On dirait que “sauver des vies” est dont bien plus important quand c’est pour désarmer des citoyens honnêtes.
 
Il y a de la mauvaise foi dans tout ça!
 
FV
W

Ces investissements qu’on vous vend!

avatar_aout_2019

« Investir ».

C’est le mot qu’on vous martèle quand il s’agit de tout sauf d’un investissement.

« Nous allons investir dans la compagnie X en faillite. »

« Nous allons investir dans un nouveau programme du gouvernement. »

« Nous allons investir dans la construction d’un nouveau bâtiment. »

La question que je pose est la suivante : si ce sont tellement de « bons » investissements, pourquoi les politiciens n’investissement pas LEUR argent au lieu de la NOTRE ? Après tout, si c’est si bon, ces politiciens toucheront bientôt de bons profits ? Non ? C’est la définition même, du moins le but, d’un investissement.

La réponse est simple : rien de tout cela n’est un investissement !

Mon autre question : si ce sont tellement de « bons » investissements, pourquoi ne pas laisser aux payeurs d’impôts le choix d’investir ?

La réponse est simple : parce que tout le monde sait, au fond, que ces « investissements » n’en sont pas !

La vérité est simple : on détourne VOTRE argent, de force, par le biais des impôts, qui sont d’ailleurs sans limites légales et qui augmentent chaque année. Au point que les impôts normaux d’aujourd’hui étaient il y a cent ans vus comme des mesures d’urgence pour financer les guerres mondiales !

La réalité est simple : les « investissements » que les gouvernements vous vendent sont des dépenses !

FV
W

https://www.journaldequebec.com/2020/03/04/le-gouvernement-de-quebec-pourrait-investir-dans-louis-garneau

Une arme à deux tranchants

avatar_aout_2019

Critiquer l’Islam, comme toute autre religion ou idéologie, est un DROIT fondamental. S’opposer à ce droit constitue un crime, une atteinte à ces droits.

Congédier quelqu’un parce qu’il a participé à une manifestation jugée « inacceptable » sur son temps libre… C’est ce qui est arrivé à une travailleuse il y a quelques jours. Son « crime » ? Avoir participé, il y a quelques années, à une manifestation contre l’Islam radical du groupe La Meute. Il semble que la gauche radicale ne soit pas une grande partisane des droits fondamentaux !

Il faut être prudent avec ce genre de mentalité de congédiement. Qui trace la ligne de ce qui est « acceptable » comme manifestation ? Est-ce que j’aurais le droit, par exemple, de congédier quelqu’un parce qu’il a participé à une manifestation sur le climat que je juge « radicale » ? Est-ce que je peux congédier un employé qui est membre d’un parti politique que je juge « non recommandable » ? Puis-je exiger que des employés adoptent une idéologie ? Qui décide ce qui est une idéologie « acceptable » ? Moi ?

On peut aimer ou détester les groupes comme La Meute, mais à ce que je sache, La Meute n’est pas déclarée comme groupe terroriste, et La Meute ne fait pas d’appels à la violence. La Meute a certes critiqué l’Islam, mais critiquer l’Islam est un droit, justement.

Nous glissons vers un terrain dangereux. L’intolérance est une arme à deux tranchants. Il est facile de sortir l’épée de l’intolérance de son fourreau. Il est plus difficile de la remettre dans son fourreau. Ceux qui, aujourd’hui, brandissent le sabre de l’intolérance pourraient bien être ceux qui demain en subissent le joug.

FV
W

https://www.journaldequebec.com/2020/02/11/la-societe-de-delation-permanente

Une back door d’immigration

avatar_aout_2019

On va se dire les vraies affaires…

Un grand nombre d’étudiants étrangers sont au Québec uniquement pour immigrer et devenir citoyen. Le diplôme, ils s’en foutent, ou presque. Pas tous, mais plusieurs s’en foutent. Surtout ceux venant de pays plus pauvres, en fait. Je vous jure ! Je connais un professeur qui a même dit ceci à ses étudiants : « On va se le dire… vous devez passer vos examens, pour garder votre permis de résidence et rester au Canada. »

Pas de note de passage : expulsion du pays.
Note de passage : un bout de papier appelé « diplôme » et surtout… la possibilité d’immigrer au Canada.

Puisqu’il ne faut qu’une note de passage pour obtenir son diplôme, plusieurs de ces étudiants étrangers ne font que le strict minimum pour passer. L’école s’arrange aussi pour les faire passer, sauf dans des cas d’abus extrême, et encore là. Pourquoi les écoles ne les renvoi pas : ces étudiants amènent du cash ! Plusieurs viennent en fait de familles étrangères en moyen qui aimeraient bien voir leur enfant immigrer au Canada.

Ces études coûtent des milliers de dollars par étudiant. Dans le fond, ces diplômes sont un peu comme un pot-de-vin. Le « deal » est le suivant : donne-moi de l’argent, fais le minimum pour passer tes cours, et ensuite tu pourras devenir citoyen canadien. Pas besoin de parler français : même que bientôt, la MAJORITÉ de ces étudiants étrangers seront anglophones.

La beauté de la chose : si l’étudiant obtient un emploi après ses études, il est aussitôt classifié comme étant « placé », même si c’est un emploi merdique Continuer la lecture “Une back door d’immigration”