Gilets Jaunes : Macron pourrait…

Partager ceci :

maxresdefault

C’est alors qu’on a vu le président Macron sortir dans la rue et s’en aller vers le bruit des violentes émeutes :

– Laissez-moi seul avec eux, a-t-il dit à la lourde escorte policière qui le suivait.

L’incroyable s’est produit, le président est allé, seul, vers les milliers de Gilets Jaunes

« Prenez-vous en a moi, mais vous serez les premiers à tuer un Français, leur a-t-il dit en marchant au milieu d’eux. »

Le président a alors monté sur la carcasse d’une voiture calcinée. De la fumée s’échappait encore des restes brulés. Il a commencé à parler :

« Aujourd’hui, je parlerai en président, mais surtout en Français… »

« Vous n’êtes pas des Gilets Jaunes. Vous êtes des Français. Vous avez raison. Certains d’entre vous sont des casseurs idiots. Mais d’autres, la plupart, ne sont pas ici par haine de la France. Une foule remplie de travailleurs ordinaires, de pères et de mères de famille, d’employés exemplaires… un telle foule, présente dans chaque ville et village, ne peut pas avoir complètement tort ! »

« Jusqu’à maintenant, vous avez été ignorés. Mon cœur chavirait en lisant vos revendications. J’aurais pu les avoir écrites moi-même. L’une d’entre elles, faire approuver les lois importantes par des référendums est légitime dans une démocratie qui se respecte. Qui pourrait être contre ? Une autre exige que le fruit de votre travail ne soit pas presque entièrement taxé et géré par quelqu’un, sans votre consentement ? Qui pourrait être contre ? »

« À travers toute la France, j’organiserai un référendum sur ces questions. Le peuple, le vrai, en décidera. La France décidera. Jusqu’au vote, j’aurai entre mes mains un gilet jaune. Si vous gagnez, je le porterai ! »

Macron aurait pu faire cela. Il pourrait encore le faire. Macron pourrait être LE président mettant en place les réformes tant attendues et montrer l’exemple aux autres démocraties. Il a ici une occasion en or. Les Gilets jaunes lui ont apporté cette opportunité historique.

Mais eu lieu de cela, Macron ordonne le déploiement de véhicules blindés. Macron agit en victime de l’Histoire. Macron agit en Louis XVI à la personnalité faible, confuse et bousculée par ce nouveau courant historique qui prend place. S’il s’entête, il sera broyé et noyé par cette irrésistible marée montante.

Il y a mille et une façons d’empêcher un véhicule blindé de fonctionner ! Il suffit de lancer de la peinture sur ses optiques, d’entremêler des fils barbelés ou des chaines dans ses roues, de placer des obstacles, et j’en passe. Ou encore, il y a cette façon : encercler les véhicules par des citoyens ordinaires, des familles, et les couvrir de fleurs et de banderoles tricolores. Chaque véhicule blindé deviendra alors une arme au service des Gilets Jaunes. Chaque véhicule ainsi décoré démontrera la répression non démocratique d’un État envers ses citoyens. Chaque véhicule blindé deviendra un symbole photographié et distribué à travers la France et le monde entier.

La France a raison ! La France arrêtera de parler quand elle le décidera !

FV
W

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *