Ils étaient ignorés. Ils ne le sont plus!

Partager ceci :
Protestors stands in front of a fire of furnitures during a protest of Yellow vests (Gilets jaunes) against rising oil prices and living costs near the Arc of Triomphe on the Champs Elysees in Paris, on November 24, 2018. - Security forces in Paris fired tear gas and water cannon on November 24 to disperse protesters. Several thousand demonstrators, wearing high-visibility yellow jackets, had gathered on the avenue as part of protests which began on November 17, 2018. (Photo by Bertrand GUAY / AFP)
Photo by Bertrand GUAY / AFP

Les fameux Gilets Jaunes ! Ils sont de plus en plus nombreux. Partout dans le monde, on commence à entendre parler d’eux. En France, ils sont partout. Une majorité de citoyens les approuvent. Ils sont écœurés des impôts gaspillés, des élites hypocrites, des médias « vendus ». Ils sont écœurés d’être ignorés. Plus personne ne les ignore, maintenant. Ils viennent de la campagne, des « régions ». Ils s’en prennent aux villes.

Tout a commencé avec une autre taxe sur l’essence, au « nom de l’environnement », et ce malgré que le prix du pétrole baisse. Mais les Français ne croient pas dans ces bonnes intentions, eux qui se font de plus en plus taxer et saigner par un gouvernement qui en fait de moins en moins pour eux. Cette goutte d’essence a été la goutte qui a fait déborder le vase. Et c’est une goutte bien explosive ! Et un vase bien fragile!

Ces Gilets Jaunes paralysent déjà l’activité de plusieurs de ces villes. Des violences ont éclaté. Des rues sont bloquées, des services paralysés. Des journalistes « collabos » sont pourchassés à travers des rues. Ils sont chanceux, il se trouve encore des gens assez bien payés pour vouloir les protéger. Des barricades sont érigées ici et là. Des alertes à la bombe ont lieu. La police intervient. Des équipes tactiques sont envoyées. Il y a déjà des blessés et au moins un mort. Sur les Champs Élysées, en plein milieu de Paris, des colonnes de fumée sont visibles, des gens arrachent le pavé pour s’en faire des projectiles. Face à ce chaos né de la frustration collective, l’État montre de plus en plus son impuissance.

Je vous rappelle que nous sommes en pleine « prospérité économique ». Nous ne manquons pas de pétrole, d’eau ou de nourriture. Je vous laisse imaginer ce que ce sera quand les vrais problèmes arriveront, quand les fonds de pension vont tomber en poussière, quand les services publics seront brisés, quand les promesses vont s’évaporer, quand le système financier sera paralysé et que le multiculturalisme radical fera sentir ses effets sur le quotidien d’encore plus de gens.

De plus en plus de gens ont de moins en moins de choses à perdre. Et avec la misère, de plus en plus de gens auront de plus en plus de temps libre.

Ces Gilets Jaunes ne sont en fait qu’un avertissement pour la France, l’Europe et le monde ! Ça ne fait que commencer. Après le Jaune vient le Rouge. La sourde marée de la colère monte.

« Vous êtes capable de lire les signes du ciel, mais vous n’êtes pas capable de lire les signes du temps », disait quelqu’un aux chefs religieux corrompus, il y a 2000 ans.

FV
W

photos Bertrand Gay, AFP

https://www.sudouest.fr/2018/11/24/en-images-gilets-jaunes-a-paris-des-affrontements-sur-les-champs-elysees-5595796-10530.php

http://plus.lapresse.ca/screens/5e1ace85-7fa8-4108-8ce5-b1877c258da6__7C___0.html

https://www.journaldemontreal.com/2018/11/24/le-mouvement-en-cinq-questions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *