L’affaire Epstein est un complot?

L’affaire Epstein ne sent pas bon. Ça ne sent vraiment pas bon.

En 1934, Hitler venait de faire sa Nuit des longs couteaux. Ses anciens amis de la SA étaient arrêtés. Son chef, Roehm, était jeté en prison. Une journée, la cellule de l’ancien chef des SA s’est ouverte. Sur la table ont été déposés un pistolet et un article de journal. C’était sans issu. Le prisonnier, invité à se «suicider», a choisi la défiance. Ses gardes ont dû l’abattre.

Des histoires semblables, il en pleut à travers l’histoire politique de l’humanité. Des complots, il y en a. Des assassinats, il y en a. Des «incitations» au suicide, il y en a. Des manipulations médiatiques, il y en a. Des mensonges, il y en a. Est-ce que «tout» est constamment un complot et un mensonge? Non! Parfois, le complot est une invention. Il n’y a alors pas de complot. Parfois, ce complot est bel et bien présent. Il faudrait être naïf pour penser qu’à notre époque, comme par magie, ce genre de complot n’arrive pas. Comment fait-on pour savoir si c’est un complot, ou non? Il faut se baser sur les faits (partiels) à notre disposition. Si, en plus de faits troublants, la mort d’une personne entraîne un grand avantage pour des personnes puissantes, une personne saine d’esprit peut en venir à penser que les chances d’un complot sont élevées.

L’affaire Epstein enflamme les spéculations. Epstein allait avoir un procès et dévoiler des informations pouvant mettre KO un grand nombre de politiciens et de personnes importantes, dont les Clinton. Epstein allait dévoiler les détails d’un réseau de prostitution de femmes mineures «louées» par des personnes riches influentes, dont des artistes. Curieusement, Epstein n’allait jamais pouvoir parler, préférant se «suicider» dans sa cellule. Curieusement, les mesures de sécurité normales de la prison n’ont pas été appliquées ce jour-là, et pour ce prisonnier-là en particulier. Et on s’entend pour dire que se pendre nécessite un minimum de temps et «d’équipement». Curieusement, les registres de la prison auraient été falsifiés. Si vous ne me croyez pas, l’information est même disponible dans des articles de grands médias. «Toi, le gardien de prison! Ne regarde pas ce qui va se passer entre telle et telle heure. Tu vas ensuite te faire virer, mais en contrepartie tu auras un travail payant dans deux ans, un dépôt dans un compte à l’étranger et une belle maison à rabais.» Ce genre de complot, loin d’être toujours une invention, est souvent survenu dans l’histoire humaine. Durant les procès des criminels nazis à Nuremberg, Herman Goering, ami d’Hitler, a réussi à obtenir une capsule de cyanure, ceci afin d’éviter la pendaison publique. Herman Goering s’est ensuite suicidé. Il était pourtant dans une prison à «sécurité maximale».

Quand on lit l’histoire, il arrive souvent que le «suicide» d’une personne compromettante soit accompagné de promesses, souvent celle de «laisser tranquille» et de protéger les proches de celui qui s’enlève la vie. Par exemple, il peut arriver que l’héritage en succession ne soit pas trop attaqué. Dans le cas de Epstein, il est à savoir que cet héritage est déjà la proie d’attaques de victimes. Curieux, non? Il est possible que les victimes aient reçu des promesses de compensation. «Vaut mieux prendre le cash maintenant que de t’embarquer dans un procès long et incertain», qu’on a sans doute dit à plusieurs victimes. Par cette manœuvre, l’héritage de Epstein est en partie préservé, les secrets ne sont pas dévoilés, et les victimes ont ce qu’elles veulent. Il est donc grandement possible que l’héritage de Epstein ait été utilisé comme «monnaie d’échange», comme «otage». Le prix à payer du deal était le «suicide» de Epstein, qu’il a à mon avis commis volontairement, voyant que sa vie était de toute façon détruite.

Dans certains articles des grands médias, j’ai lu plusieurs critiques des «théories du complot». Ces articles ont quelque chose en commun : ils ne fournissent pas de contre-arguments aux théories du complot. Ces articles se contentent souvent de simplement dire que les «conspirationnistes» sont des «fake news» présentant un «danger pour la démocratie». S’en suit alors une session classique de «Trump bashing» émotive. Un «expert» est souvent cité dans un tel article. Cet expert décrit alors les prochaines étapes afin que le «danger» des «fake news» soit «neutralisé». Il est alors question de nouvelles lois et mesures de surveillances.

Les coïncidences arrivent. Les complots arrivent. Est-ce que l’affaire Epstein est un complot? C’est une possibilité qu’on ne peut certainement pas écarter du revers de la main!

FV
W

https://www.lapresse.ca/international/etats-unis/201908/14/01-5237318-affaire-epstein-des-gardiens-auraient-falsifie-des-registres.php

https://www.tvanouvelles.ca/2019/08/13/la-mort-depstein-annonce-sur-un-forum-internet-40-minutes-avant-les-autorites

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1259906/affaire-epstein-femmes-vont-engager-poursuites-new-york

https://www.lapresse.ca/international/etats-unis/201908/12/01-5237096-la-justice-americaine-promet-de-traquer-les-complices-depstein.php

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *