Mon petit «mais» à moi

Partager ceci :

«Je suis d’accord, il faut moins d’impôts, moins de subventions, mais…»

C’est le «mais» qu’on entend souvent dans les conversations. Ce «mais» veut dire, en résumé : «je suis d’accord pour réduire MES impôts, et donner moins de subventions aux AUTRES, MAIS ce programme ou ce truc-là que j’aime, c’est trop important, on doit le subventionner.»

Il est là le problème : tout le monde à son petit «mais» à lui. Tout le monde a ses petits «droits». Au final, quand tu additionnes tous ces millions de «mais», ça fait la situation présente : des impôts étouffants, et un système où c’est l’État qui choisit les gagnants par ses subventions.

Il va falloir que ça arrête! Il faudra mettre un pied à terre, à un certain moment! Moi aussi j’ai mon petit «mais» à moi : le droit humain et fondamental à la propriété privée. Une surtaxation va à l’encontre direct de ce droit fondamental. La surtaxation est une atteinte aux droits humains.

Foi et Combat
FV
O

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *