Par la ruse, le sourire et la force

LRM_EXPORT_20171015_115228

Je venais d’arriver dans mon secteur d’opérations contre l’État islamique. Une des choses que j’ai remarqué était à quel point la ligne de front kurde était mince et fragile face aux menaces potentielles. Ma crainte était que les Kurdes se fassent planter un coup de poignard dans le dos par leurs alliés de Baghdad, et qu’ils doivent défendre leur mince ligne de front contre un ennemi ayant une aviation et des armements lourds (grâce à l’aide internationale). J’imaginais alors les peshmerga kurdes se faire tailler en morceaux par l’aviation et l’artillerie irakienne.

Dans mes discussions avec mes amis du leadership kurde, j’ai rapidement compris qu’ils comprenaient très bien ce qui se passait.

La semaine passée, quand mes amis Kurdes ont effectué une retraite tactique vers la partie urbaine de Kirkuk et qu’ils ont abandonné leurs positions exposées en terrain ouvert, j’ai eu un sourire en coin. J’étais choqué de voir l’agression des Irakiens face aux Kurdes. Mais j’étais aussi content de l’évolution des choses.

En retraitant vers la ville, les Kurdes ont ainsi pu obtenir plusieurs avantages. Premièrement, ils ont préservé leurs forces et les ont mis à l’abri dans la ville de Kirkuk. Ces forces sont maintenant galvanisées et prêtes  à combattre.

Deuxièmement, en battant en retraite sans combattre, les Kurdes ont montré leur attitude pacifique au monde, contrairement aux Irakiens, maintenant perçus par plusieurs comme les agresseurs.

Bref, en abandonnant les régions exposées de la campagne sud de Kirkuk, mes amis Kurdes ont obtenus plusieurs avantages. Maintenant, les Irakiens sont coincés. Sans intervention extérieure, ils auront de la difficulté à prendre Kirkuk.

Les Irakiens avaient envoyés un ultimatum aux Kurdes. Cet ultimatum expire aujourd’hui, et les Kurdes n’ont toujours pas quitté leurs positions en ville. Les Irakiens vont ainsi perdre une autre bataille : ils vont perdre l’image d’un gouvernement légitime capable d’imposer sa volonté sur son territoire.

Les Kurdes vont finir par avoir leur place au soleil : par la ruse, par la séduction, par la force.

FV
W

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *