Pourquoi autant de grogne autour du registre des armes?

Partager ceci :

L’autre jour, un Montréalais a demandé c’était quoi cette panique des propriétaires d’armes à feu de ne pas vouloir enregistrer leurs armes. Car après tout, «ce n’est qu’un simple registre». Le gars en question semblait sincèrement ne pas comprendre.

Voici ma réponse…

Salut à toi. Content de voir une telle question, car, en effet, ne pas vouloir simplement faire un petit enregistrement peut paraître stupide et même enfantin, à première vue. Je suis aussi content que certains citoyens, suite à la grogne face au registre, s’intéressent soudainement à la situation en détail. Je vais résumer pourquoi un grand nombre de propriétaires parlent de faire de la désobéissance civile, de tomber dans l’illégalité, et de ne pas enregistrer leurs armes.

Les propriétaires sentent que le registre n’est qu’une étape vers une «criminalisation» des armes et des propriétaires. Ces mêmes propriétaires se voient imposer constamment de nouveaux règlements. Parfois, ces règlements transforment en criminel des gens qui le mois dernier étaient considérés comme en règle.

Les propriétaires savent que les groupes de pression anti-armes ne veulent pas simplement encadrer les armes et passer à autre chose. La perception est qu’après ce registre, les groupes de pression afin de justifier leur existence (subventionnée) font demander d’autres règlements, d’autres lois, d’autres restrictions. Ceci afin d’atteindre le but final : l’interdiction pure et simple (et totale) des armes, et transformer en criminel ceux qui en possèdent.

Ce registre est pire que les autres lois et règlements, car il permettra de savoir qui a quoi, précisément, ce qui conduira certains partis politiques, suite aux pressions des lobbys, de cibler certains citoyens.

Il faudrait que les groupes de pression anti-armes, et les partis politiques, prennent cet engagement public : qu’une fois le registre adopté, il n’y aura plus d’autres modifications, et que nous pourrons tous passer à autre chose.

Mais justement, AUCUN de ces groupes ne prend cet engagement. Au contraire, les groupes de pression sont plus actifs que jamais. Ceci est donc la preuve de leur fermeture d’esprit et de leur plan caché.

Les propriétaires d’armes à feu sont écœurés de se faire tranquillement pousser vers le bord de la falaise. À un certain moment, il faut être prêt à défendre le moindre centimètre qu’on veut nous enlever, même si ce n’est, à première vue, qu’un seul centimètre. Qui est prêt à perdre pour un centimètre finira par perdre sa terre au complet.

(le Montréalais en question n’a pas donné suite à ma réponse)

FV
W

*Suivez Guy Morin, défenseur des citoyens armés, sur ses pages :

https://www.facebook.com/agm.morin
https://www.facebook.com/GuyMorin/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *