Quand le féminisme est extrémiste…

Partager ceci :

La Suède veut imposer par la loi un quota de 40 % de femmes dans les grandes entreprises.

En fait, il s’agit d’un projet de loi, déposé « au nom » de la Suède. Le projet vise à forcer les entreprises cotées en bourse d’avoir un Conseil administratif composé à 40 % de femmes.

Cette tentative est à l’image de la pression continuelle des groupes féministes un peu partout en Occident.

Ce que je trouve curieux, c’est que ces projets ne proposent pas « 40 % du sexe le moins représenté », mais « 40 % de femmes ». Si ces groupes étaient vraiment égalitaires, ils feraient AUSSI pression dans les secteurs où les hommes sont sous-représentés. Sans surprises, ces groupes de pression ne proposent rien de cela. Faut-il rappeler que ces groupes sont en grande partie financés par nos impôts? Encore une fois, que vous (travailleurs) soyez d’accord ou pas n’est pas important.

Utiliser l’État pour ne protéger qu’un seul sexe est illégitime et moralement illégal. C’est de la discrimination féministe.

Autre détail intéressant : ces groupes de pression subventionnés n’engagent QUE des femmes. Et personne ne s’en offusque au gouvernement. Pourtant, les rues sont remplies d’hommes se disant « féministes ». Peut-on avoir une preuve plus flagrante du « non-égalitarisme » de ces groupes?

Je ne suis pas féministe. Je suis égalitaire. Les hommes et les femmes sont différents. Mais si quelqu’un veut faire une profession occupée davantage par l’autre sexe… et bien cette personne devrait pouvoir le faire, si elle passe les MÊMES standards. Mais je suis CONTRE les quotas artificiels. Certaines professions attirent plus les femmes, ou les hommes, car… nous… sommes… différents! Et c’est bien correct comme ça.

Je connais des hommes, comme des femmes, que j’engagerais sans hésitation à des postes importants. Quand quelqu’un est bon, il est bon.

En imposant des quotas illégitimes, cela risque même d’encourager le sexisme. Dans une entreprise, quand une femme aura un nouveau poste, tout le monde pensera : « Ouais, c’est la nouvelle fille. Elle est pas vraiment bonne, mais on n’a pas eu le choix de la prendre. » Même la fille qui est vraiment bonne sera étiquetée comme telle. Sans le savoir, elle subira un préjugé partout où elle ira.

Et quand cette même fille ira à une conférence du conseil d’administration, les autres personnes passeront le message suivant, de manière subtile : « Écoute ma belle, tu es ici en raison de la politique, pas pour ton talent. Alors SVP, sois belle, prends ton gros salaire, et laisse-nous gérer les vraies affaires. »

Mes propos sont anti-féministes? Absolument! Ce sont les propos de BEAUCOUP de femmes que je connais. Mais en raison de la loi du silence actuelle, ces propos ne sont tenus que derrière des portes fermées.

Non au féminisme! Oui à l’égalité!

FV
W

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *