Quand l’ennemi craque

Partager ceci :

2017-05-29

Une des images les plus frappantes du XXe siècle est celle où on voit les responsables militaires allemands signer la reddition de l’Allemagne nazie. Leurs uniformes sont imposants. Mais le regard de ces chefs autrefois puissants trahit le désespoir et l’échec. Bref, c’est le regard de quelqu’un ayant perdu la foi en son combat.

Suite à la défaite de l’Allemagne, durant la Seconde Guerre mondiale, les Allemands avaient la capacité de continuer le combat par une insurrection. En fait, l’Allemagne avait plus de moyens pour préparer et mettre en place cette insurrection, que les talibans, l’État islamique ou le Viet Cong. Pourtant, la guerre était finie. La victoire des Alliés et des Soviétiques était écrasante et sans appel ! Les Allemands se rendaient et jetaient l’éponge.

Comme disait Napoléon, à la guerre, « le moral est tout ». Quelle est la différence entre une armée victorieuse et une armée défaite ? Le plus souvent, ça se résume à peu de choses « visibles ».

Admettons que les Allemands aient été complètement convaincus qu’il faille continuer le combat. Poussons cette réflexion à l’extrême. Imaginons-nous les Allemands combattre l’envahisseur et l’occupant avec des couteaux et des lances. Ces résistants seraient probablement morts jusqu’au dernier. Et auraient quand même réussi à entraîner dans la mort beaucoup de soldats alliés ou soviétiques.

Pourtant, ce n’est pas ce qui s’est passé. Loin de là. Et l’Allemagne était un ennemi coriace composé d’armées en grande partie fanatiques.

Ainsi, dans ce qu’on appelle la « défaite », il y a toujours un point où l’ennemi jette l’éponge et cesse d’avoir foi en la victoire, même si théoriquement, il est encore possible de combattre. Si ces mêmes Allemands avaient eu l’espoir (fondé ou pas) que les Alliés n’aient pas eu la volonté d’occuper le pays, coute que coute, l’espoir d’une résistance serait peut-être né.

Mais les nazis avaient tellement causé de problèmes, que les nations étaient complètement convaincues qu’il fallait en finir avec les forces allemandes. Les Alliés étaient prêts à aller jusqu’au bout, peu importe. Même chose pour les Soviétiques. Rappelons-nous que les Soviétiques ont perdu 20 millions de morts durant cette guerre, sans compter les blessés et les dommages matériels.

En Allemagne, le moindre début d’insurrection aurait été violemment écrasé. Aucune pitié n’aurait été démontrée. Les Allemands n’auraient eu aucun doute que toute résistance était inutile.

Gagner une guerre signifie donc ceci : tuer l’espoir de victoire chez l’ennemi. Comment y arriver ? Bien entendu, on peut tuer le plus grand nombre possible d’ennemis ou occuper sa capitale. Dans un sens, ce ne sont là que des moyens, et non des finalités. Rappelons-nous que Napoléon a occupé Moscou avant de perdre la guerre contre la Russie.

En 2014, l’État islamique a commencé sa guerre éclair contre l’Irak. Sur leur passage, les villages étaient pris les uns après les autres. Tout ceci était possible, car les soldats de l’État islamique avaient la foi en la victoire. Ils fonçaient, au contraire des soldats irakiens, qui étaient remplis de terreur, malgré qu’ils étaient mieux équipés, et qu’ils défendaient leurs terres.

Ainsi, à la guerre, presque tout est question de forces morales.

En tant que volontaire, soyez conscient de ces aspects psychologiques de la guerre. Votre but est donc d’anéantir les pensées de victoire de l’ennemi. Vous devez faire en sorte qu’il soit déprimé, défaitiste. Cet ennemi doit se sentir faible et abandonné par son pays, ses camarades, son armée, son dieu. Vous devez faire pleurer les soldats ennemis comme des fillettes devant les cadavres de leurs frères d’armes. Et quand ces mêmes ennemis auront craqué, quand ils sortiront, encore étourdis, des décombres de leurs villes, il faut que les explosions se fassent entendre, encore et encore.

Alors viendra ce moment où les meilleurs soldats ennemis seront morts, ou se rendront ! Ils auront capitulés, intérieurement.

(Ce texte fait partie d’une série sur les combattants volontaires : http://torchsword.org/fr/category/combattant_volontaire )

(Mon documentaire : www.Parmilesheros.com)

FV
W

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *