Un monde de parasites

TE_sans_corpus_4
Nous sommes à une époque de parasites. C’est même rendu un réflexe, une culture, quelque chose qu’on apprend, dont on a l’habitude. J’irais même jusqu’à dire qu’on nous encourage à devenir des parasites vivant aux crochets des autres.

Regardez autour de vous. Plein de gens profitent de subventions, de pensions exagérées, de programmes de ceci ou de cela. Tout le monde veut veut veut, sans trop donner. Et ceux qui doivent payer sont toujours les mêmes : les travailleurs payeurs d’impôts.

Par parasites, je ne parle pas de ceux qui ont été malchanceux et qui doivent être aidés par la société. Par parasites, j’entends ceux qui pourraient faire quelque chose d’utile, mais ne le font pas. Par parasite, j’entends ceux qui prennent plus qu’ils ne donnent. Dans la nature, c’est ça, un parasite : un être qui s’attache à un autre, dans le but de siphonner ses ressources sans effort.

Et ces parasites, ils sont partout! Ce sont nos amis, frères, sœurs, tantes, collègues, et ainsi de suite. Ils sont riches, pauvres, intelligents ou stupides. Ce sont ces entrepreneurs qui, pour réussir, réclament des subventions sans arrêt. Ce sont ces gens qui pourraient travailler, mais ne le font pas et encaissent de l’aide sociale quand-même. Ce sont ces gens qui ne prennent pas soin de leur santé, mais qui doivent ensuite recevoir des soins valant des millions de dollars. Ce sont ces travailleurs qui profitent des failles dans les conventions collectives, afin d’exploiter leur employeur et de le faire peut-être même couler! Ce sont ces fonctionnaires qui ne foutent rien (ou presque), mais qui ont les moyens d’aller en voyage deux ou trois fois par année. Ce sont ces employés qui travaillent pour le gouvernement et qui sont payés plusieurs fois ce qu’ils seraient payés dans un travail au privé. Je pourrais continuer la liste sans interruption, pendant des années.

Ces parasites viennent de milieux différents, mais ont ceci en commun : ils réclament toujours plus, pour eux! Et ils le réclament de qui? Du gouvernement! Mais le problème est le suivant : le gouvernement ne donne pas de son argent, mais celui qu’il collecte de force aux travailleurs. Résultat : le fardeau de tous ces parasites est toujours porté par la même classe de travailleurs. D’un côté, nous avons une classe de profiteurs qui, à différents niveaux, et plus ou moins consciemment, profitent. De l’autre, une classe de gens devant payer et se sacrifier.

Cette culture du parasite est aujourd’hui tellement répandue, qu’elle est organisée en système permanent. Le gouvernement est cerné et dominé par les lobbys privés, groupes d’intérêts, syndicats.

Si vous voulez avoir un portrait de cette situation, lisez le livre «L’argent des autres», de David Descôteaux. S’il y a bien quelqu’un que vous devriez écouter, c’est bien lui. L’auteur n’est pas un politicien qui doit acheter votre vote, ou un entrepreneur qui vous demande une aide en subventions. D’ailleurs, l’auteur aimerait que son livre soit encore moins cher, mais il doit lui aussi payer des taxes et impôts.

http://www.quebec-livres.com/ficheProduit.aspx?id=9782764025413

David Descôteaux est un journaliste et chroniqueur sur l’économie. C’est un allié pour quiconque veut que les choses changent, et qu’elles changent en profondeur. Je vous encourage aussi fortement à aller voir son blogue :
https://www.facebook.com/daviddescoteauxofficiel

FV
W

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *