Une source de biens des problèmes actuels

J’ai trouvé une explication à beaucoup de problèmes de notre époque. Quelque chose dont on parlera dans les livres d’histoire du futur, quand on regardera les photos de politiciens comme Trudeau. Oubliez la guerre entre la gauche et la droite. Ceci cache en fait un autre combat.

Notre époque est une époque d’utopie! Qu’est-ce qu’une utopie? C’est une idée toute belle, mais qui ne s’applique pas vraiment dans la réalité, ou qui ne s’applique pas au complet. Bref, c’est un idéal imaginaire qui ne peut pas être atteint.

Tout le monde est contre la guerre, contre la pauvreté, contre les maladies, contre le manque d’éducation, contre la famine. Les utopistes croient qu’il suffit de faire des lois et d’ouvrir des budgets, pour régler tout ça d’un seul trait.

Tout le monde est contre la pauvreté. Mais est utopique celui qui croit qu’on peut éradiquer la pauvreté simplement en taxant les «riches». Sur papier, ça fait beau dire qu’on va ainsi «répartir la richesse». Mais dans la réalité, ça ne marche pas aussi facilement. Les riches, petits et grands, si on les taxe trop, trouveront une manière de mettre leur richesse à l’abri dans un autre pays. De plus, trop taxer réduit la motivation de travailler, et donc la richesse totale à partager. Au final, trop de taxation cause donc de la pauvreté. Les utopistes ne comprennent pas cela.

Tout le monde est contre la guerre. Un utopiste croit que simplement en «enlevant» les armes et les armées, on règle le problème de la guerre. Faux. Sur papier, ça sonne beau. Mais la réalité est qu’il suffit d’une seule région qui décide de s’armer ou de recourir a la violence, pour que cette utopie éclate en morceaux.

Tout le monde est pour l’égalité totale entre les peuples. Un utopiste dira donc qu’on doit ouvrir les frontières à 100 % et permettre l’immigration, sans limites, car nous sommes «tous égaux». Mais dans les faits, ça ne marche pas et ça cause un tas de problèmes. Un pays de disons dix millions d’habitants ne peut pas accueillir cent millions de réfugiés. Ca ne marche tout simplement pas. Les utopistes ne comprennent pas cela.

Regardez autour de vous et vous verrez à quel point notre époque est celle de l’utopie humaniste extrème. Bien entendu, il y a différents niveaux : oubliez le combat entre «la gauche» et la «droite». En fait, si vous portez bien attention, presque tout est un combat entre des utopistes et des réalistes.

Tout le monde est pour les choses gratuites, les pensions à vie, les congés presque sans fin. Ainsi, nos gouvernements actuels, répondant à notre mentalité utopiste et naïve, donnent sans compter, promettent sans vérifier. Le tout en endettant le pays à outrance. Bref, pour un utopiste, tout le monde doit avoir un salaire minimum élevé, une généreuse pension de vieillisse et des congés parentaux presque illimités. Il y a un vieillissement de la population? Pour les utopistes, ce n’est pas un problème : de nouvelles lois et budgets vont garantir que tous auront des soins illimités, peu importe les coûts.

À tout ceci, les réalistes diront qu’il faut des armées pour se défendre des mauvaises personnes, qu’il y a une limite à payer des soins de santé illimités, que l’immigration doit être réduite et contrôlée, qu’on ne peut pas tout simplement donner de bons salaires et de bonnes pensions à tout le monde. Les utopistes ne comprennent pas cette manière de penser.

Les utopistes pensent sincèrement qu’il suffit de faire des lois et d’aller au bout des principes, et que ça va être aussi simple que ça. Encore une fois, sur papier, ça paraît bien. Mais la réalité ne fonctionne pas ainsi. Pour un utopiste, s’opposer à l’éradication de la pauvreté et de la guerre est incompréhensible ou même criminel. Les utopistes ne sont souvent pas méchants. Ils sont naïfs.

Ils sont naïfs, mais dangereux, car ils sont certains d’avoir raison.

Nous vivons à l’époque de l’utopie.

FV
W

*Mot de Wali sur La Torche et l’Épée :  www.torchsword.org/fr/bienvenu-aux-nouveaux-abonnes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *